16 décembre 2017

Oracle de celui qui a l'oeil ouvert



L'Oeil de Dieu ou la Source
Ayin, 16 ème lettre hébraïque, signifie l’œil
Le sens de Ayin est aussi la "source", ainsi il est la "vision de la source", l'aptitude à percevoir toutes choses
La lettre précédente Samekh – le mot סוד – sod – le secret a pour valeur 70 comme Ayin…70 comme le nombre de nations supposées à l’époque biblique
Ouvrons les yeux.. Nous sommes dans le temps des nations dont Israël est « l 'horloge». Le destin de la Côte d’Ivoire et des autres nations sont liés à celui d'Israël
Quand le Très Haut donna un héritage aux nations, Quand il sépara les enfants des hommes, Il fixa les limites des peuples d'après le nombre des enfants d'Israël Deut 32/8
Deborah


ORACLE DE CELUI DONT LES YEUX SONT OUVERTS :

Ce 7 décembre 2017 à 22h31, pendant que je méditais et réfléchissais dans le but de chercher à comprendre tout ce qui se passe en ce moment, suite à la décision du président TRUMP d'ouvrir l'ambassade des USA à Jérusalem, soudain avec force et certitude, je me vois prononcer les SENTENCES suivantes dites par Balaam en faveur D'ISRAEL il y a environ 3500 ans.

"Balaam vit que l'Éternel trouvait bon de bénir Israël, et il n'alla point comme les autres fois, à la rencontre des enchantements ; mais il tourna son visage du côté du désert. Balaam leva les yeux, et vit Israël campé selon ses tribus. Alors l'esprit de Dieu fut sur lui. Balaam prononça son oracle, et dit: Parole de Balaam, fils de Beor,

Parole de l'homme qui a l'oeil ouvert,
Parole de celui qui entend les paroles du Dieu Fort
De celui qui voit la vision du Tout Puissant,
De celui qui se prosterne et qui a les yeux ouverts
Qu'elles sont belles, tes tentes, ô Jacob ! Tes demeures, ô Israël ! Elles s'étendent comme des vallées, Comme des jardins près d'un fleuve, Comme des aloès que l'Éternel a plantés, Comme des cèdres le long des eaux. L'eau coule de ses seaux, Et sa semence est fécondée par d'abondantes eaux. Son roi s'élève au-dessus d'Agag, Et son royaume devient puissant. Dieu l'a fait sortir d'Égypte, Il est pour lui comme la vigueur du buffle. Il dévore les nations qui s'élèvent contre lui, Il brise leurs os, et les abat de ses flèches. Il ploie les genoux, il se couche comme un lion, comme une lionne: Qui le fera lever ? Béni soit quiconque te bénira, Et maudit soit quiconque te maudira !

La colère de Balak s'enflamma contre Balaam ; il frappa des mains, et dit à Balaam: C'est pour maudire mes ennemis que je t'ai appelé, et voici, tu les as bénis déjà trois fois. Fuis maintenant, va-t'en chez toi ! J'avais dit que je te rendrais des honneurs, mais l'Éternel t'empêche de les recevoir. Balaam répondit à Balak: Eh ! n'ai-je pas dit aux messagers que tu m'as envoyés: Quand Balak me donnerait sa maison pleine d'argent et d'or, je ne pourrais faire de moi-même ni bien ni mal contre l'ordre de l'Éternel ; je répéterai ce que dira l'Éternel ? Et maintenant voici, je m'en vais vers mon peuple. Viens, je t'annoncerai ce que ce peuple fera à ton peuple dans la suite des temps. Balaam prononça son oracle, et dit: Parole de Balaam, fils de Beor,
Parole de l'homme qui a l'oeil ouvert,
Parole de celui qui entend les paroles du Dieu Fort
De celui qui connaît les desseins du Très Haut,
De celui qui voit la vision du Tout Puissant,
De celui qui se prosterne et qui a les yeux ouverts
Je le vois, mais non maintenant, Je le contemple, mais non de près. Un astre sort de Jacob, Un sceptre s'élève d'Israël. Il perce les flancs de Moab, Et il abat tous les enfants de Seth.Il se rend maître d'Édom, Il se rend maître de Séir, ses ennemis. Israël manifeste sa force. Celui qui sort de Jacob règne en souverain, Il fait périr ceux qui s'échappent des villes.
Balaam vit Amalek. Il prononça son oracle, et dit: Amalek est la première des nations, Mais un jour il sera détruit. Balaam vit les Kéniens. Il prononça son oracle, et dit: Ta demeure est solide, Et ton nid posé sur le roc. Mais le Kénien sera chassé, Quand l'Assyrien t'emmènera captif. Balaam prononça son oracle, et dit: Hélas ! qui vivra après que Dieu l'aura établi ? Mais des navires viendront de Kittim, Ils humilieront l'Assyrien, ils humilieront l'Hébreu ; Et lui aussi sera détruit. Nombres 24
IK


Demandez, et l'on vous donnera ; Cherchez, et vous trouverez ;
Frappez, et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit,
Celui qui cherche trouve, et l'on ouvre à celui qui frappe. Luc 11 : 9 - 10

La gloire de Dieu, c'est de cacher les choses;
La gloire des rois, c'est de sonder les choses. Prov 25.2

Que celui qui cherche ne cesse de chercher, jusqu’à ce qu’il trouve.
Et quand il aura trouvé, il sera bouleversé,
Et, étant bouleversé, il sera émerveillé,
Et il règnera sur tout (Év. selon Thomas)


15 juillet 2017

L'heure divine est fixée en CI

Ne nous décourageons pas car Dieu a fixé une heure pour la délivrance de la Côte d’Ivoire, comme révélé dans le songe suivant,  qu’un frère ivoirien voulant garder l’anonymat m’a envoyé il y a longtemps. C’est le moment de la publier car nous sommes dans ce temps ou «  la foule est clairsemée dans le stade » car beaucoup sont découragés, fatigués et perplexes. Nous avons un Dieu qui ne ment pas et ne varie pas.  Mais qui nous parle souvent en paraboles… 
Deborah



Vision reçue par notre frère :
Je  vois un immense stade plein à craquer d'hommes, de femmes, d'enfants en prière et ce qui m'a intrigué c'est que j'y voyais aussi des personnes d'autres races. Il n'y avait pas de lumière, il faisait nuit, mais il y avait un éclairage de la lune sur le stade. Sur un côté du stade, bien haut, il y avait une espèce d'immense horloge dont  j'ai bien vu  les aiguilles  visibles à la lumière de la lune indiquant une heure  : la petite aiguille était sur le 9 et la grande  aiguille sur le  12 .
 
Ensuite au fur et à mesure que le temps de l'horloge avançait, je voyais aussi la foule diminuer  au fur et à mesure,  jusqu'à ce que tout le stade soit vraiment clairsemé quand la nuit fut vraiment avancée. Quand je vis la petite aiguille sur le chiffre 11 et la grande  sur le 12, il y eut une espèce de vent léger qui souffla sur le reste des gens qui étaient là et qui paraissaient exténués. Ils se sont alors remis à prier, à chanter etc...

Et puis je vis la même disposition de l'horloge avec la petite aiguille sur le 5 et la grande aiguille sur le 12...
A ce moment là, j'ai entendu comme un tonnerre terrible, des éclairs ont commencé à zébrer le ciel mais ceux qui étaient là semblaient ne même pas voir ou se préoccuper de ce qui se passait. C'est à ce moment que j'ai entendu " Heureux ceux qui veillent et qui attendent l'époux !

Soudain, il a commencé à faire jour, pas exactement la lumière du jour, car le ciel s'est ouvert et j'ai vu descendre d'abord un trône.  Il était enveloppé avec du linge en lin transparent, comme quelque chose sur lequel personne ne s'était encore assis. Il y avait plusieurs signes sur le trône (lions, aigles etc..) Il est venu se poser au milieu de ceux qui étaient là et  ils ont alors commencé à crier de joie, à danser, à se jeter dans les bras les uns des autres etc...J'ai reconnu des visages.
En dessous du trône, il y avait comme un tapis sur lequel était dessinée  la carte de la Côte-d'Ivoire. Un escalier s'est alors dressé depuis le ciel et quelqu'un a commencé à descendre les marches.
C'est là que je me suis réveillé...
Frère X

Notes Déborah :
-« La grande  aiguille qui reste fixée sur le 12 » représente l'heure, le temps  fixé  par Dieu - le 12 représente  le chiffre  de l’accomplissement : les 12 tribus, les 12 portes de Jerusalem etc
- « Il y avait un éclairage de la lune » Dans la parole, on peut remarquer que les plans libérateurs de Dieu les plus importants, se préparent dans l’invisible à la nouvelle lune et se réalisent à la pleine lune. La sortie des enfants d’Israël d’Égypte nous parle ainsi de nouvelle et de pleine lune.
C’est à la nouvelle lune et donc au début du mois que Dieu a révélé à Moise qu’il allait exercer ses jugements contre les dieux d’Égypte et c'est à la pleine lune qu'il a exécuté ce plan (Ex 12/1 à 20)

... Il  brise les grands sans information, et il met d'autres à leur place ;  Car il connaît leurs oeuvres. Il les renverse de nuit, et ils sont écrasés ;  Il les frappe comme des impies, à  la face de tous les regards. Job 34/25



06 mai 2017

Je suis le Toujours Présent


Source et titre original du message :

                                          UN NOUVEL AN AU SEPTIEME MOIS


Ce que dit la Bible de ce PARADOXE : 

Juste avant sa libération de l'esclavage d'Egypte, au PRINTEMPS, IsraEL reçoit comme premier commandement (Ex 12 : 2) : "Que ce renouveau de lune soit pour vous le commencement des renouveaux ; qu'il soit pour vous le premier des mois de l'année." 

Le mot חֹדֶשׁ ('hodèch) traduit généralement par "mois" a pour sens premier "renouveau de lune" ("néoménie"). Il vient de  חָדָשׁ ('hadach) "nouveau". Chaque renouveau de lune, et pas seulement le premier au printemps, est une fête de la Tora (Nombres 10 : 1) avec offrandes au Temple et sonneries de trompettes. Aujourd'hui peu connue, cette fête reprendra lorsque le Temple sera rebâti : "De חֹדֶשׁ ('hodèch) en חֹדֶשׁ (de renouveau de lune en renouveau de lune) et de Chabbath en Chabbath, toute chair viendra se prosterner devant Moi, YHVH." (Es  66 : 23) 
Le temps de notre libération est marqué comme le commencement de tous les recommencements. Ce renouvellement de lune lors de notre libération nous rappelle au renouvellement total de nous-mêmes et de notre façon de tout évaluer.

"Ils firent des gâteaux cuits sans levain avec la pâte qu’ils avaient emportée d’Egypte et qui n’était pas levée ; car ils avaient été chassés d’Egypte sans pouvoir s’attarder à faire des provisions." (Ex 12 : 39) 

Renouveau mensuel de la lune, pain sans levain, c'est le même symbole. Partir précipitamment, sans laisser à la pâte le temps de lever, ce n'est pas anecdotique, c'est SYMBOLIQUEMENT se couper de l'Egypte et éviter d'en emporter les habitudes de vie, les contraintes, l'esprit et la mentalité. C'est se rendre disponible, totalement, à la vie nouvelle offerte par le Libérateur. C'est pourquoi la Tora fixe le premier mois d'IsraEL au PRINTEMPS.

Or, un peu plus loin, la Tora indique que L'ANNEE COMMENCE A L'AUTOMNE, précisant "au 7ème mois" : 
  • Souccoth, la fête des cabanes et de la récolte est בְּצֵאת הַשָּׁנָה A LA SORTIE DE L’ANNEE." (Exode 23 :16)
  • Pour Exode 34 :22, Souccoth est תְּקוּפַת הַשָּׁנָה AU RENOUVELLEMENT DE L’ANNEE.
  • Selon Deutéronome 31 : 10,  מִקֵּץ שֶׁבַע שָׁנִים  A LA FIN DE SEPT ANNEES… à la fête de Souccoth… tu liras cette Tora devant tout IsraEL.
  • Dans Lévitique 25 : 8-13, c'est au soir de Kippour, le 10 du SEPTIEME MOIS, qu'est proclamé le début de l'année de Yovel (jubilé) chaque 50ème année.
Dès ses premiers versets, la Tora suggère en quelle saison se situent les jours de la création :
  • Les plantes portent fruits et semences,
  • Les animaux sont prêts à se reproduire,
  • "Croissez et multipliez" dit le Créateur au premier couple qui n'est pas né, mais qui a été créé adulte.
Ces jours ne débutent pas au matin, mais au soir[2], on n'est pas au printemps, mais en un temps de maturité. Tout a une apparence d’âge, l’automne est flamboyant, rempli de fruits, de graines et de bénédictions.

Le Créateur confie à l'être humain le "jardin" - partie habitable de l’univers - pour qu'il en devienne le gardien. Dans Exode 31 : 17, le 7ème jour, Il ne s'est pas "reposé" (Il n'était pas fatigué). La bonne traduction est : "Il cessa d'œuvrer, וַיִּנָּפַשׁ (vayiNnaFaCH) et se retira en Lui-Même".
Il se retire en Lui-Même pour permettre à l'être humain de poursuivre l'œuvre de la création. Ainsi l'homme devient le gérant et le Créateur porte l'existence de l'univers, tout en inspirant à l'homme de prendre le relais. Il a donné un élan à Sa création, elle est magnifique. A nous de continuer dans le même sens. "Elohim bénit le septième jour et le mit à part / sanctifia, parce qu'en ce jour il cessa toute son œuvre אֲשֶׁר בָּרָא אֱלֹהִים לַעֲשׂוֹת qu'Elohim créa pour faire." (Genèse 2 : 3) "Il créa POUR FAIRE" parlant d'une œuvre A PARACHEVER PAR L'HOMME du point de vue moral et social.

Mais nous butons sur le contraste entre cette nature merveilleuse, et une jungle où l'homme est un loup pour l'homme et où règnent le vol, le viol, la violence, l'esclavage, la faim, le malheur, la mort. L'être humain n'a plus voulu être le gardien de la création, mais son maître, son prédateur.
"YHVH changea sa résolution d'avoir créé l'être humain sur terre... Noé trouva cependant grâce aux yeux de YHVH." (Gen 6 : 6 et 8). Unique dans sa génération, Noé marchait avec Celui qui le sauvera du déluge, lui et sa famille.

En tant que descendant de Noé, toute l'humanité est partenaire de l'alliance divine symbolisée par l'arc en ciel, avec ordre de respecter la vie, et comme signe de rappel, de s'abstenir de consommer du sang.
Mais cette alliance ancienne et universelle ne rencontre pas un grand succès. Au lieu de la relancer, des hommes et des femmes idéalistes et religieux croient trouver LA solution : ils se retirent du monde, partent vivre dans le désert, comme à Qumram ou dans un couvent. Mais se mettre individuellement à l'abri du mal et se mortifier ne guérit pas l'humanité. La Tora prévoit sans le recommander le cas de celui qui fait vœu d'abstinence[3]. A son terme, il doit demander pardon.
Ce que le Créateur attend des hommes, ce n'est pas d'abord une perfection individuelle, mais avant tout un comportement social fraternel. C'est à cela que la Tora nous sensibilise avec les histoires tragiques des fratries d'Abel et Caïn, d'Ismaël et Isaac, de Jacob et Esaü, de Joseph et ses frères.

YHVH appelle donc Abram devenu Abraham pour fonder une nation qui sera son instrument et portera son message à toutes les autres nations. "En toi toutes les familles de la terre seront bénies" (Genèse 12 : 3). Le Tout-Puissant poursuit son appel parmi la lignée d'Abraham, avec Isaac et non avec son demi-frère aîné Ismaël, puis avec Jacob et non avec son jumeau Esaü, et ceci excite des jalousies.
Découvrons un aspect ignoré de son amour pour nous : UN DON PRECIEUX, INATTENDU… ET INCONNU.

Le prophète Malakhi (= "Mon messager", 1 : 2) rapporte qu'un jour, des Juifs interpellent YHVH. "Vous dites : en quoi nous as-tu témoigné ton amour ?"
Il leur répond : "Esaü n’était-il pas le frère de Jacob ? Or c’est Jacob que j’ai choisi. Mais Esaü je l’ai haï."
Comment s’est manifestée cette préférence pour Jacob ? "Je donnais à Esaü la montagne de Séhir comme possession, et Jacob et ses enfants descendirent en Egypte…" (Josué 24 : 4)
Avons-nous bien lu ? YHVH "haïssait" Esaü, donc il lui offre un royaume.
Il aimait Jacob, donc Il l’envoie en Egypte et précise : "Moi-même, Je descendrai avec toi en Égypte. Et Moi-même aussi Je t'en ferai remonter… " (Gen 46 : 4)
IL AIME JACOB, et Il le mène là où sa descendance sera ESCLAVE !
Non, nous ne rêvons pas, c'est TROUBLANT, mais c'est écrit.

Nous proposons d'ailleurs à ceux qui disent être à notre place "le nouveau Peuple de Dieu" de méditer là-dessus.

Pourquoi  nous fait-Il ça ? Il veut que la haine de la servitude soit au cœur de l’identité du peuple qu'il a, non pas élu, mais façonné pour son projet, afin que nous nous consacrions à son combat pour l'humanité telle qu'Il la veut.
Nous étions esclaves en Egypte, et en ce premier mois de printemps, le Tout-Puissant nous a libérés. Il crée en ce jour IsraEL en tant que nation, sa nation-instrument. C'est dans le cadre de cet événement, qu'Il révèle expressément son Nom Propre à Moïse.
"Je suis YHVH. Je suis apparu à Abraham, à Isaac et à Jacob, comme El Chadaï[4], le Tout-Puissant, mais sous mon Nom YHVH, (le "Tétragramme" divin), Je n'ai pas été connu d'eux." (Ex 6 : 2 et 3). Rachi fait justement remarquer que le texte ne porte pas : "Je n'ai pas fait connaître", mais "Je n'ai pas été connu." 
Ce Nom propre divin avait bien été révélé auparavant (voir ci-dessus dans les débuts du livre de la Genèse), mais sans insister comme ici au buisson ardent. Car אֶלֹהִים "élohim" (il n'existe pas de majuscules en hébreu) est un nom commun. Il n’est ni personnel ni distinctif. On peut faire un dieu de son ventre. Même dans la Bible hébraïque, le nom "élohim" est appliqué aussi à des faux dieux.
Il n’est nullement question ici de vocabulaire ou de la simple connaissance d’un nom. Quand un individu place son "nom" sur quelque chose ou quelqu’un, cela veut dire qu’il prend cet objet ou cette personne sous son influence ou sous sa protection. A plus forte raison pour ce Nom très particulier.
S'émerveiller sur les forces de la nature, c'est ressentir, en hébreu, la présence de EL ou ELOHIM, noms qui en hébreu viennent d'une racine qui évoque les forces qui mènent l'univers, Il est le Tout-Puissant dans LA NATURE. Ceci se retrouve dans la valeur numérique des lettres des deux mots :
·         אֶלֹהִים "élohim" le Tout-Puissant :
 א Aléph 1+ ל Laméd 30+ ה Hé 5+ י Yod 10+ ם Mém’ 40= 86
·         הַטֶבַע (ha tév’â) "la nature" :
ה Hé 5 + ט Téth 9 + ב Béth 2 + ע ‘Ayin’ 70 = 86.
"Les cieux racontent la gloire de EL, et le firmament proclame l’œuvre de ses mains. Le jour en fait le récit au jour, la nuit en donne connaissance à la nuit. Mais pas de discours, pas de paroles, leur voix ne se fait pas entendre." (Psaume 19 : 2-4).
Le Créateur a investi toute sa pensée dans l'univers, mais Il reste caché derrière sa création. Le mot "monde", en hébreu עֹלָם ('ôlam) a la même racine עלם Ayin-Lamed-Mem que נֶעְלַם (né'élam) = "caché".
Pour la plupart des gens qui croient qu'il y a un Dieu, celui-ci ne passe que pour la cause première de l'existence de l'univers. Comprise ainsi, son activité appartient essentiellement au passé. Le Créateur n'aurait été vraiment en relation avec l'univers que pendant un court instant, sa création étant considérée comme achevée.
Mais c'est faux, et c'est la faute des traducteurs qui ignorent le sens du verset vu ci-dessus "… en ce jour il cessa toute son œuvre אֲשֶׁר בָּרָא אֱלֹהִים לַעֲשׂוֹת qu'Elohim créa POUR FAIRE." (Gen 2 : 3).
Et soudain, au buisson ardent,  YHVH vient corriger toutes ces pensées. Lorsqu'Il donne à Moïse la mission de libérer les Hébreux de l’esclavage d’Egypte, Il ne se présente pas en disant "Je suis celui qui suis" (encore une erreur de traduction d'Exode 3 : 14). Mais Il dit "אֶהְיֶה אֲשֶׁר אֶהְיֶה  (éyé achèr éyé) Je serai qui je serai. Tu diras ainsi aux enfants d’IsraELאֶהְיֶה   (éyé) "JE SERAI" m'a envoyé vers vous."
אֶהְיֶה (éyé) est le verbe "être" conjugué à la 1ère personne du singulier, à l'aspect inaccompli.

En hébreu biblique, la succession passé-présent-futur n'existe pas. La distinction est sur un autre plan entre l'accompli et ici l'inaccompli. Il faut comprendre ce petit verbe אֶהְיֶה (éyé) par
"Je n’ai jamais cessé et ne cesserai jamais d’être LIBREMENT CELUI QUE JE VEUX ÊTRE." (Donc, comptez sur Moi : Je réalise Mon projet.)

Au verset suivant אֶהְיֶה (éyé) se présente sous le Nom יהוה (Yod-Hé-Vav-Hé) le "Tétragramme" qui utilise, non la racine היה (Hé-Yod-Hé) du verbe "être" mais la racine proche הוה (Hé-Vav-Hé) = "ETRE PRESENT".
Par respect nous ne prononçons pas ce Nom au-dessus de tout nom. Nous disons "Adonaï" (= "Mes Souverains) ou "HaChem" (= "Le Nom"). Ya, les deux premières lettres Yod-Hé du Tétragramme, est son Nom propre abrégé, comme dans הַלְלוּיָהּ HallélouYa.
Mais nous pouvons et même devons tenter de comprendre et traduire ce que le Tétragramme veut dire. 
Nous rejetons la traduction ambigüe "Seigneur" qui peut se rapporter à un homme et n'évoque que la féodalité, ainsi que celle "Eternel", froidement philosophique. 

Le temps présent en conjugaison se dit הוֶֹה (HoVéH) ; et le י (Yod) initial est le préfixe du verbe à l'aspect inaccompli, 3ème personne du singulier. La traduction littérale du Tétragramme יהוה YHVH, c'est "LE TOUJOURS PRESENT". Et en plus, c'est bon pour le moral par les temps qui courent.
"Je suis  LE TOUJOURS PRESENT, c'est mon nom… J'annonce des événements nouveaux…" (Isaïe 42 : 8) "Couvre leur visage (de nos ennemis) de honte, pour qu’ils recherchent ton nom, ô YHVH le Toujours Présent." (Psaume 83 : 18)
C'est notre délivrance finale que LE TOUJOURS PRESENT annonce (Isaïe 52 : 5-6) quand Il parle de son Nom Propre : "Constamment chaque jour mon nom est outragé ! Eh bien donc, que mon peuple connaisse mon nom, (qu’il sache) en ce jour que moi qui parle, JE SUIS LA !"

Nous avons toute assurance pour être IsraEL "combattant de EL" en connaissant non seulement cette proclamation, mais aussi sa signification. Il dit à IsraEL "Ton mari qui t'a faite a pour nom YHVH le Toujours Présent des Armées" (Isaïe 54 : 5). 
D'autant plus que la valeur numérique des lettres du Nom Yod-Hé-Vav-Hé révèle son message :
  י Yod 10 + ה Hé 5 + ו Vav 6 + ה Hé 5 = 26, est la somme des valeurs numériques de :
·         אחד (é'had) "Un"      
א Alef 1 + ח 'Hèth 8 + ד Dalèth 4 = 13
·         et de אהבה (ahava) "Amour"
 א Alef 1 + ה Hé 5 + ב Bèth 2 + ה Hé 5 = 13
On arrive aussi à 26 en additionnant l'un de ces deux mots avec אָבִי (avi) "mon Père"
א Alef 1 + ב Bèth 2 + י Yod 10 = 13

Au buisson ardent,  le Toujours Présent qui est UN et AMOUR, MON PERE, entre dans l’histoire de "Son fils premier-né" comme il nous présente à Pharaon.
Mais Pharaon ne veut pas laisser sortir IsraEL car il refuse le Nom YHVH. "Qui est YHVH dont je devrais écouter la parole en laissant partir IsraEL ? Je ne connais pas YHVH, et je ne laisserai certainement pas sortir IsraEL." (Ex 5 : 2).
Ce n'est pas seulement un refus politique, il est aussi religieux. Pharaon est plein de RELIGION, il connaît le nom ELOHIM, tout comme ses prêtres qui lui conseillent de libérer IsraEL après la 3ème plaie, en disant "C'est le doigt d'ELOHIM". Ils ne disent pas "c'est le doigt de YHVH".

Pour IsraEL aussi, la tentation est grande de prendre la Tora pour une religion. L'exil en est la cause, mais déjà l'idée de religion était là, juste après le départ d'Egypte. Durant la traversée du désert, YHVH le Toujours Présent nous a donné de nombreux commandements, dont une grande partie ne seront applicables qu'à l'entrée au Pays.

A l'approche de cette frontière, douze espions partent l'explorer. Au retour, tous disent : "C'est un pays où coulent le lait et le miel !" Josué et Caleb proclament "Montons, montons-y, héritons-en, nous en serons vainqueurs !"
Mais dix d'entre eux prétendent que ce pays "dévore ses habitants", et "que ses habitants sont plus forts מִמֶּנּוּ (miménou) que nous."
Le peuple prend peur, et pleure toute la nuit. Cette nuit des pleurs est celle du 9 Av, date de la destruction future des deux Temples de Yérouchalaïm. "Vous avez pleuré pour rien, mais les temps viendront où vous pleurerez pour quelque chose." Les conséquences de cette faute des dix explorateurs sont bien plus lourdes que pour celle du veau d'or. Ce sera l’errance et la disparition dans le désert durant 40 années de tout homme âgé de plus de 20 ans, alors qu'"il y a 11 jours de marche… jusqu'à Qadéch-Barnéa." (Deutéronome 1 : 2) 

Cette faute sera encore commise par la majorité des Juifs de Babylone qui ne rentrent pas d'exil avec Esdras, malgré la fin des 70 ans et la "déclaration Cyrus". La faiblesse de la restauration juive face à la Grèce et à Rome contribuera à la destruction du 2ème Temple.
Cette faute est commise enfin aujourd'hui, par des millions de Juifs qui, bientôt 100 ans après la "déclaration Balfour" et 69 ans après la restauration de l'état d'IsraEL, continuent de préférer l'Amérique ou l'Europe[5].
"Les Cananéens sont plus forts מִמֶּנּוּ (miménou) que nous ?" Rachi fait remarquer que le dernier mot de cette phrase des incrédules מִמֶּנּוּ (mimenou) veut dire plus forts "que nous", mais aussi plus forts "que LUI". Les explorateurs ont perdu confiance "en LUI" et compromis l'entrée du peuple en Terre d’IsraEL.

Ils ont transmis la peur de perdre la guerre de conquête, mais aussi UNE CERTAINE APPREHENSION A LA GAGNER : finie la manne, il va falloir "redescendre sur terre", la cultiver, la défendre, une multitude de nécessités prosaïques et ennuyeuses.
Comme il est difficile de vivre dans le monde réel ! En vérité, les explorateurs trouvaient plus tranquille une "Tora du désert", religion d'exil, appelons ça... "le judaïsme". (Nous, nous sommes IsraEL, des Hébreux, le nom "Juif" étant lié à un exil auquel nous avons mis fin.)
Le projet de YHVH le Toujours Présent n'est pas de nous donner "la vraie religion", mais ce merveilleux Pays en vue de commencer à Y CONSTRUIRE LE ROYAUME DIVIN. Ensuite, ce modèle s'étendra à toute la Terre.

En nous révélant que YHVH le Toujours Présent, c'est ELOHIM, la Tora se démarque des livres religieux. La révélation du Nom YHVH le Toujours Présent, par rapport au Nom ELOHIM interprété dans sa seule activité de Créateur "d'autrefois", a une portée révolutionnaire. Le projet de YHVH le Toujours Présent est de régner sur la terre, car au ciel, il règne déjà. Il attend de nous que nous mettions ses commandements en pratique afin d'établir une société fraternelle et juste.

Ce n'est pas en vue de satisfaire quelque orgueil tyrannique que YHVH le Toujours Présent  veut que nous travaillions à son règne  sur la terre.
C'est pour qu'y cesse la loi de la jungle, et la mort au bout. Le Tout-Puissant ne détruira pas la terre. Quand il annonce "une nouvelle terre et de nouveaux cieux", observez qu'il est encore écrit "terre". D'ailleurs, sa promesse est : "Je guérirai leur terre" (2 Chr 7 : 14) "Les justes posséderont la terre, et sur elle ils résideront pour toujours." (Ps 37 :29).

La Bible hébraïque ne parle pas d'une vie des âmes séparées de leurs corps dans un monde de l'au-delà. Cette croyance, même si elle est générale dans le judaïsme et le christianisme n'est pas biblique. C'est une forme de spiritisme.
La Bible hébraïque annonce la résurrection
 : "Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière du sol se réveilleront, les uns pour une vie éternelle, les autres pour être un objet de honte et d'horreur éternelle." (Daniel 12 : 2)

LE PLAN DU TOUJOURS PRESENT, CELUI DES PROPHETES, EST EN TRAIN DE S'ACCOMPLIR :

·         "Et vous, montagnes d'IsraEL, vous donnerez votre frondaison et vous porterez votre fruit pour mon peuple IsraEL, car ils sont près de revenir." (Ez 36 : 8)
·         "Des jours viendront, dit , où on ne dira plus : 'Vive YHVH le Toujours Présent qui a fait monter les enfants d'IsraEL du pays d'Egypte !' mais 'Vive YHVH le Toujours Présent qui a fait monter les enfants d'IsraEL du pays du Nord (l'URSS) et de tous les pays où il les avait exilés !' Car je les aurai ramenés sur leur terre, que j'ai donnée à leurs ancêtres."
·         "Ils habiteront le pays que j’ai donné à mon serviteur Jacob, et qu’ont habité vos pères. Ils y habiteront, eux, leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, à perpétuité." (Ézéchiel 37 : 25)
·         "Dans les temps à venir, Jacob étendra ses racines, IsraEL donnera des bourgeons et des fleurs, et ils couvriront de fruits la surface du globe." (Isaïe 27 : 6)

Quand YHVH le Toujours Présent nous ordonne de compter nos renouvellements de lune depuis celui du printemps de notre liberté, c'est pour nous rappeler d'où nous sommes sortis : renouvelons nos pensées, ne reproduisons jamais une maison d'esclavage.
Et c'est à l'automne que vient le "Jour du Souvenir" ou "Jour des Trompettes", qui est le nom biblique du premier jour[6] du 7ème mois. Il marque le passage vers le nouveau cycle annuel agricole.
"Quand vous ferez la moisson dans votre pays, tu laisseras la tienne inachevée au bout de ton champ, et tu ne ramasseras pas les glanes de ta moisson. Abandonne-les au pauvre et à l'étranger, je suis YHVH le Toujours Présent votre Elohim." (Lévitique 23 : 22) 
Ce verset précède la description des fêtes, preuve que YHVH le Toujours Présent se soucie plus des pauvres que de son culte. Idem pour Lévitique 23 : 3 qui précède une autre liste de ces fêtes : Il rappelle Chabbat, le repos du 7ème jour destiné aussi aux esclaves. Ainsi la Tora vide l'esclavage de sa substance et combat la misère sociale.
Et elle le fait d'une manière plus révolutionnaire encore avec l'année de relâche, la 7ème année, à l'automne :
·  Libération des esclaves "en te souvenant que tu étais esclave en Egypte et que YHVH le Toujours Présent t'a libéré" (Deutéronome 15 : 12-15).
·  "La terre, tu la laisseras en jachère, inculte, et les pauvres de ton peuple en profiteront. Ce qu’ils laisseront de reste, les bêtes des champs le mangeront. Tu feras de même pour ta vigne et ton olivier." (Exode 23 : 11)
· "Tout créancier renoncera au remboursement du prêt octroyé à son prochain… car on aura proclamé l’année de relâche de YHVH le Toujours Présent." (Deutéronome 15 : 2)
·
   De plus, à la fin de Souccoth, lecture nationale de la Tora : "L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole issue de YHVH le Toujours Présent."
La terre se repose et retrouve sa fertilité première, les tensions sociales s'apaisent, les humains retrouvent leurs sources spirituelles et expérimentent la confiance en la promesse explicite de YHVH le Toujours Présent de récolter, la 6ème année, de quoi se nourrir durant trois ans. (Lév 25 : 20-22)

MAIS LE SOMMET DE LA REVOLUTION DE YHVH le Toujours Présent, C'EST LE JUBILE au bout de 7 fois 7 ans, la 50ème année. Chacun retourne à son patrimoine initial égalitaire.
Le jubilé permet la liberté d'entreprise, mais évite la misère, l'accaparement des ressources par les plus riches et leur pourrissement par le matérialisme. Et ceci, 3000 ans avant les discussions sur le capitalisme et le socialisme...

Au soir de Kippour de la 50ème année, le chofar (corne de bélier) l'annonce : "Vous mettrez à part la 50ème année, vous crierez דְּרוֹר (dror) Liberté ! Dans le pays pour tous ses habitants." (Lévitique 25 : 9-10) Et tous les esclaves sont libérés.
Le lien entre liberté et sainteté apparaît dans la valeur numérique du mot דְּרוֹר (dror) = "liberté" (4 + 200 + 6 + 200 = 410), égale à קָדוֹשׁ  (qadoch) = "saint, mis à part" (100 + 4 + 6 + 300 = 410).

Les sonneries de chofar du jubilé de 50ème année annoncent le grand jubilé de la Délivrance : "En ce jour-là, on sonnera du grand chofar. Ceux qui étaient perdus dans le pays d'Achour et les relégués dans le pays d'Egypte viendront se prosterner devant YHVH le Toujours Présent, en la montagne sainte à Yérouchalaïm." (Isaïe 27 : 13)
IsraEL est sortie d'Egypte au PRINTEMPS DE LA LIBERTE pour y appliquer la Tora. Mais elle ne sort pas de la nature matérielle[7], dont les années débutent depuis toujours en AUTOMNE.
IsraEL n'est pas une église qui attend son enlèvement au ciel, c'est la NATION-GERME DU ROYAUME TERRESTRE de YHVH le Toujours Présent, sur toute la terre.

Ne pas confondre INSPIRATION (le printemps de la liberté des Hébreux) et APPLICATION  (de la Tora sur la terre en automne)
Vouloir fixer le début de l'année au 1er mois de printemps, au nom d'une "logique" d'un monde plein de religions liées à de profondes injustices, c'est l'attitude qui nous ramènerait à une vénération religieuse passéiste de notre libération de l'esclavage et à l'ignorance des dispositions sociales de la Tora de YHVH  LE TOUJOURS PRESENT, en vue de nous délivrer.



 Notes :
[1] חֹדֶשׁ ('hodèch) au sens de début du mois lunaire, voir Nombres 28 : 14, 1 Samuel 20 : 18, 2 Rois 4 : 23, Isaïe 1 : 13 et 66 : 23, Amos 8 : 5.
[2] Voyez dans "Apprends-nous à compter nos jours" le message spirituel du calendrier hébreu, le rapport entre l'automne du commencement de l'année et le soir qui marque le début du jour, comme il est écrit "Il y eut un soir, il y eut un matin".
[3] L’abstinent ("nazir", naziréen, voir Nombres 6 : 13-21) doit, à la fin du vœu tenu et respecté, obtenir le pardon pour s’être privé de bénir "le Créateur du fruit de la vigne". ("Ne détruis pas cette grappe, car il y a en elle une bénédiction…", Isaïe 65 : 8). La Tora enseigne la maîtrise de soi, non l'abstinence. Ce qui est capital, aux yeux de notre Père céleste, c'est l’amour du prochain, à côté de quoi tout acte religieux et rituel est secondaire. Le jeûne ne vaut que si on partage avec celui qui a faim. "N’est-ce pas ici le jeûne que je choisirai : ouvrir les chaînes du crime, délier les liens de l’oppression, renvoyer libres les opprimés et que vous brisiez toute oppression ?" (Isaïe 58 : 6) L'abstinence sexuelle (culte de la virginité) s'oppose au premier commandement biblique de croître et multiplier (Genèse 1 : 28), commandement donné avant la première faute humaine, qui n'est donc pas sexuelle. N'évoquons même pas la perversion d'une telle morale, et les réactions brutales dans l'autre sens.

[4] EL (le Tout-Puissant) cha-daï (= qui dit "daï !" = "assez"), qui fixe les limites. Quand l'ELOHIM d'IsraEL, à la forme plurielle du Nom, est sujet d'un verbe, le verbe est au singulier. Tout ce qui est vraiment vivant est à la fois unique et sous des formes multiples. Rien ni personne n'est plus vivant que le Vivant par excellence que la Bible hébraïque nomme ELOHIM. De même, le mot "visage" n'existe en hébreu qu'au pluriel (panim'). En français, on parle du "visage d'un homme", mais c'est faux. Qu'y a-t-il de commun entre votre visage d'enfant et votre visage d'adulte, entre votre visage en colère, ou pleurant, ou plein de joie, ou désespéré ?
[5] De graves événements provoqueront leur réintégration, du moins pour ceux qui n'auront pas disparu dans l'assimilation et qui survivront, "sans plus laisser personne d'entre eux là-bas." (Ezéchiel 39 : 28)
[6] Le terme "Roch haChana" (Tête de l'année) ne figure dans la Bible que dans la vision du Temple d'Ezéchiel (40 : 1), non comme un jour, mais comme époque du début de l'année. Ici il s'agit, non du 1er jour, mais du 10ème jour du 7ème mois, Kippour, dans le contexte du futur Temple : "Décris le Temple à la maison d'IsraEL, pour qu'ils rougissent de leurs iniquités, qu'ils en vérifient le plan !" (43 : 10). Non seulement le plan d'architecte, mais son plan spirituel aussi. Un nouveau Temple remplacera l'ancien, détruit par nos fautes. Car à quoi bon un culte au Temple, si on remet en servitude les esclaves libérés aux années de relâche et de jubilé ? (2 Chroniques 36 : 21) On a rejeté l'identité de nation libérée de l'esclavage par YHVH le Toujours Présent, donc pendant 70 ans, à Babylone, on ne sera plus une nation. On a violé chabbat, année chabbatique et jubilé. Donc le Pays lui-même, saint / mis à part par YHVH pour son peuple, récupérera ses chabbats. Lire Jérémie 34.
[7] Le 1er mois lunaire (à partir duquel sont énumérées les fêtes) est lui-même soumis au cycle naturel des saisons solaires. On le fait précéder d'un 13ème mois intercalaire tous les 2 ou 3 ans pour qu'il reste toujours au printemps (Exode 23 : 4).



10 mars 2017

Pourim 2017

Samedi 11 mars 2017-13 Adar

RENVERSEMENT DE SITUATION


Il y a 23 ans, en 1993, le Seigneur me donna la date du 13 Adar avec comme mention insistante : » il y a un jour fixé pour un  renversement de situation »,  comme ce fut le cas il y a environ  2500 ans, et qui donna lieu à la fête de Pourim célébrée chaque année du  13 au 15 Adar. (Du 11 au 13 Mars cette année). Elle commémore le salut miraculeux du peuple juif dans l’ancien Empire perse du complot ourdi par Hamann qui convainquit le roi Assuérus  de promulguer un décret ordonnant l’extermination de tous les Juifs le 13ème jour de Adar – une date qui fut tirée au sort par Haman. J’y ai souvent fait allusion dans certains de  mes messages.
Au douzième mois, qui est le mois d'Adar, le treizième jour du mois, jour où devaient s'exécuter l'ordre et l'édit du roi, et où les ennemis des Juifs avaient espéré dominer sur eux, ce fut le contraire qui arriva, et les Juifs dominèrent sur leurs ennemis. Esther 9 : 1

Il y a de cela 7 ans soit le 9 mars 2009,  correspondant également  au 13 Adar, le Seigneur me demanda de publier, un décret du Roi des rois sur  la Côte d'Ivoire, afin de « changer les temps et les circonstances « comme il le fit au temps d'Esther.
L’Eternel a émis des décrets ce 13 adar 2009 qui sont en cours d’exécution et  la situation va bientôt se retourner  en Côte d’Ivoire comme il l’a annoncé.

Ce renversement miraculeux de situation, a eu lieu dans les 127 « provinces » du royaume babylonien gouverné par Assuérus, depuis l’Inde jusqu’en Ethiopie, où fut envoyé l'édit de Hamann, invitant le peuple à détruire les juifs. 
Mordékhaï  fut nommé premier ministre à la place d’Hamann et un nouveau décret du Roi fut promulgué, donnant au Juifs le droit de se défendre contre leurs ennemis. Le 13ème jour du mois d'Adar, les Juifs prirent les armes et vainquirent leurs agresseurs, en tuant de nombreux. Le 14 Adar, ils  se reposèrent et célébrèrent leur victoire et le miracle de Dieu. 
Esther 9/17-19 Les secrétaires du roi furent appelés en ce temps, le vingt-troisième jour du troisième mois, qui est le mois de Sivan, et l'on écrivit, suivant tout ce qui fut ordonné par Mardochée, aux Juifs, aux satrapes, aux gouverneurs et aux chefs des cent vingt-sept provinces situées de l'Inde à l'Éthiopie, à chaque province selon son écriture, à chaque peuple selon sa langue, et aux Juifs selon leur écriture et selon leur langue… Esther 8:9 à 13

Ces 127 provinces, peuvent signifier, 127 situations difficiles qui accablent aujourd'hui une multitude d'hommes et femmes, de familles et de nations.  

Ma prière pour la fête de Pourim ce 13 Adar,  11.03.2017

Éternel, il y a 23 ans tu m'as mis sur le cœur cette date du 13 Adar,   fête de Pourim
Éternel, lève toi et renverse la situation en faveur de ton peuple Israël et de Jérusalem, qui aujourd'hui sont menacés et humiliés par les nations.
Éternel, lève toi et renverse la situation dans la vie de ton église, pour qu'elle soit forte et vivante.
Éternel, lève toi et renverse la situation pour établir un trône de justice en Côte d'Ivoire, en Afrique et dans plusieurs nations.
Éternel, lève toi et renverse des situations dans les familles, pour apporter la délivrance, des guérisons, et la consolation....
Que tous les décrets édités par les puissances des ténèbres contre Israël, contre tes élus, contre nos nations soient renversés par des décrets divins favorables comme au temps d’Esther
 
Déborah 10 03 2017