28 avril 2013

Dates historiques de la C.I et calendrier biblique



 Enseigne-nous à bien compter nos jours
afin que notre cœur parvienne à la sagesse !


J’ai déjà parlé du 13 Adar dans quelques  messages.(1)  Mais il est important que je fasse ce petit rappel.  J’avais donc reçu cette date en mars 1993 par le verset suivant :Au douzième mois, qui est le mois d`Adar, le treizième jour du mois, jour où devaient s`exécuter l`ordre et l`édit du roi, et où les ennemis des Juifs avaient espéré dominer sur eux, ce fut le contraire qui arriva, et les Juifs dominèrent sur leurs ennemis. Esther 9/1  Le Seigneur me dit à l'époque: : Regarde, il y a un jour, il y a un mois, une date précise  . Pendant 16 ans,  je vais chercher la signification de cette date ...
 
Côte d'Ivoire en 1900
Trois  mois avant la date du   9 mars 2009 qui correspondait  au 13eme jour du douzième mois du calendrier biblique,  j'eus la conviction que le temps était venu où devait s’accomplir ce que le Seigneur m’avait dit en 1993. Même si je ne comprenais pas grand-chose, par la foi j’étais convaincue qu'il s'agissait du jour   dont  le Seigneur m’avait  parlé. Si en 1993 le Seigneur avait mis cette date dans mon  cœur, c’était une manière de me préparer (pendant 16 ans ) et d’attirer mon attention pour que je comprenne le moment venu,  le message qu’il a bien voulu  me donner. 
 
Pendant 3 mois  le St Esprit  va m’éclairer sur ce que je devrais faire et dire :  "prophétiser sur le nouveau jour," "aux deux midis",  prier comme Daniel pour changer le temps et les circonstances, ceci durant  24h - du 09 au 10 mars 09, Il me donna  le sens de ces paroles d'Esther …une prophétie d’accomplissement, un décret du Roi des Rois, pour une situation précise, plus particulièrement pour la Côte d’ivoire et par là même l’Afrique 
 Le 13ème jour  du 12ème mois était une date fixée par les puissances des ténèbres afin de détruire le peuple de Dieu. Heureusement Dieu qui veille sur son peuple se sert parfois de certains de ses enfants comme il se servit d’Esther et de Mardochée pour révoquer le sort des puissances des ténèbres et renverser la situation au profit de son peuple.


J’ai  prévenu un  frère et une sœur ivoiriens et nous avons passé 24 heures,   du 9 au 10 mars 2009priant comme Daniel, et demandant à Dieu d’agir en faveur de son peuple comme il l’avait fait pour Israël au temps d’Esther. Nous avons révoqué l’édit d’Hamann,   les malédictions de l’ennemi,  en publiant le décret du Roi dans  tout le  pays, tel qu’il l'est décrit en Esther 8 . Conduit par le Saint Esprit, et sur la base des écritures reçues, nous avons donc prophétisé aux  deux « midis »( à midi et à minuit)  en faveur de la Côte d’Ivoire afin que cette nation entre dans sa destinée prophétique. 

C’est seulement longtemps après, en faisant des recherches, que nous nous apercevrons que cette date du 9 au 10 mars, représente une date historique  importante pour la Côte d’Ivoire.
Grand Bassam
D’abord protectorat français en 1843, c'est en effet  le 10 mars 1893, que le 5ème  président français Sadi Carnot (2) à signé le décret faisant officiellement de la Côte d’Ivoire une Colonie française. 
Dix jours plus tard, soit le 20 mars 1893, le président Sadi Carnot, va signer un second décret nommant Louis Gustave Binger, gouverneur de la Côte d’Ivoire.
La ville de Grand-Bassam, à l'est d'Abidjan sera la  première capitale du pays de 1893 à 1900

Le pays obtiendra  son indépendance le 7 août 1960 

Dieu m’avait donné prophétiquement la date du 13 Adar, en mars 1993,  soit  100 ans après le décret du 10 mars 1893, faisant officiellement de la Côte d’Ivoire,  une Colonie Française
1993 est aussi  l’année de la mort de Félix Houphouët-Boigny,  1er Président de la république de la Côte d'ivoire pendant 33 ans ,  qui avait fait d'emblée le choix d'une coopération sans réserve avec l'ancienne puissance coloniale 

  Décret portant  création de la Colonie Côte d'Ivoire 
L'article 2, alinéa 2 de ce Décret s'intéresse particulièrement aux Etats De Kong qui ne sont pas, à la date du 10 mars 1893, une colonie comme le reste du territoire Ivoirien.
Le président de la République Française, décrète :
Article 1er : Les colonies de la Guinée Française, de la Côte d'Ivoire et du Bénin constituent trois Colonies distincts qui sont classé parmi les colonies du groupe énuméré par l'article 4 du décret du 2 février 1890.L'administration supérieure de chacune de ces colonies est confiée à un Gouverneur assisté d'un Secrétaire général.
Article 2 : Les Gouverneurs de la Guinée Française, de la Côte d'Ivoire et du Bénin exercent, dans toute l'étendue de leurs colonies respectives, les pouvoirs déterminés par les décrets et règlements en vigueur et notamment par l'ordonnance organique du 7 septembre 1840. Le Gouverneur de la Côte d'Ivoire est chargé de l'exercice du protectorat de la république sur les états de Kong et les autres territoires de la boucle du Niger.
Toutefois les états de Samory et de Thieba restent sous la juridiction du Commandant supérieur du Soudan Français.
Fait à Paris le 10 mars 1893 
Signé : Sadi Carnot, Président de la république

Traité conclu avec les états de Kong, le 10 janvier 1889, au nom de la république française (ratifié par décret du 27 juillet 1889) :lire la suite
Archives nationales de Côte d'Ivoire


La plupart des pays africains, à l’instar de la Côte d’Ivoire, sont entrés en 2009 dans leur 49 ème année d’indépendance à la veille  de leur Jubilé .  Selon les écritures, la publication du Jubilé se fait à  la 49 ème année :
 Tu compteras sept sabbats d'années, sept fois sept ans ; la durée de ces sept sabbats d'années sera de quarante-neuf ans. Le dixième jour du septième mois, tu feras retentir la trompe de l'acclamation : le jour de l'Expiation, vous ferez retentir la trompe dans tout votre pays. Vous consacrerez la cinquantième année et vous proclamerez la libération dans le pays, pour tous ses habitants ; ce sera pour vous le jubilé ; chacun de vous reviendra dans sa propriété, chacun de vous reviendra dans son clan. Lev 25/8 à 11
  En plus de l'année sabbatique, célébrée tous les sept ans qui demande :
1. la mise en jachère de la terre
2.la remise des dettes  et l'affranchissement des enfants pris en gage par le créancier
3.  la libération de l'esclave hébreu pour dettes sous certaines conditions
 Le Jubilé y ajoute  deux obligations,  tous les 50 ans :
- la libération de tous les esclaves sans exception ! (Lev 25/39-55);
- le retour de la terre et de sa maison à son premier propriétaire (Lev 25/13-17 .)
J'ignorais à l'époque la date de l'indépendance du pays.   J’ai réalisé par la suite que c’est à la 49ème année, que nous avons proclamé sa libération  et la victoire du Roi des rois.

Le 24ème jour du 9ème mois ( Aggée 2/18)
Par 3 fois, le Seigneur me donna  cette date, dont  les paroles principales étaient : considérez attentivement ce qui arrive à partir d'aujourd'hui "
 Soyez bien attentifs, dès aujourd'hui et pour l'avenir, à partir du 24ème jour du neuvième mois — depuis le jour où fut fondé le temple du Seigneur, soyez attentifs
 1) une 1ère fois pour que je proclame des "décrets" de bénédiction et de restauration sur la Côte d'Ivoire et l'Eglise ce jour là .
 2) Puis  le Seigneur m’a prévenu que cette date concernait également ma vie. Cette date du   24ème jour du 9ème mois  correspondait en 2009  au vendredi 11 décembre !. Cette nuit là, aux premières heures du 24eme jour, le 11 Décembre,. le Seigneur est intervenu et m’a sorti  de la vallée de l’ombre de la  mort .
3)  Le 24eme jour du 9eme mois correspondait pour la Côte d'Ivoire à la date du 1 Décembre  2010,  date à partir de laquelle le pays entra dans la plus grave crise de son histoire à la suite du 2ème tour des  électionsavec 2 gouvernements, 2 présidents, 2 armées,  révélant ainsi les deux  colonnes spirituelles . 

Enseigne- nous à bien compter nos jours ...

Dieu parle depuis toujours et dans ces jours qui sont les derniers, il continue de    parler aux hommes par le Fils (Heb 1/2) Mais l'Esprit dit expressément..(Tim 4/1)
Il a mis des signes pour marquer les temps;  Il marque les temps où il leur parle (Aggée 1/1) et les évènements de leur vie en comptant leurs jours, c'est la raison pour laquelle il y a toujours un lien entre les faits bibliques et l'âge des hommes qui les ont accomplis.   Noé avait 600 ans lorsque le déluge fut sur la terre . David avait 30 ans quand il devint roi .Jésus avait environ trente ans lorsqu'il commença son ministère Luc 3/23  
 Les jours nous servent de signes (Ex 31/13 - Lev 25/8 ), il met des signes sur nos vies (Ex 13/9- Ex 31/17)  etc
Un signe est une signature ... Malheureusement beaucoup de ces signes divins passent souvent inaperçus pour la multitude. Le jour de la naissance de Jésus, il eu un signe dans les étoiles mais seuls les mages l’ont vu   Un proverbe hébreu nous dit  : Au sage un signe suffit, au sot à peine le bâton...
Deborah

Notes 
(2) François Marie Sadi Carnot est né à Limoges le 11 août 1837, et meurt assassiné   à Lyon le 25 juin 1894
. Il est le fils d’Hippolyte Carnot (minis­tre de l’ins­truc­tion publi­que en 1848), le petit-fils de Lazare Carnot (le Grand Carnot,« orga­ni­sa­teur de la vic­toire » en 1793), neveu de l’autre Sadi Carnot (le phy­si­cien, inven­teur de la ther­mo­dy­na­mi­que). Il fut Député, Ministre des finances, et Président de la République fran­çaise de 1887 à 1894.
 À la suite de la démission de Jules Grévy, mis en cause dans l'affaire des décorations, Sadi Carnot est élu président de la République le 3 décembre 1887. Le début de son mandat est marqué par l'agitation boulangiste et le scandale de l'affaire de Panama (1892).

Dans un contexte d'agitation syndicale et anarchiste (une partie des lois relatives à la liberté individuelle et aux délits de presse visant à réprimer cette agitation, qualifiées de lois scélérates par l'opposition socialiste, venaient d'être votées), Sadi Carnot est assassiné d'un coup de poignard par l'anarchiste italien Sante Caserio le 24 juin 1894, lors de l'Exposition de Lyon. Il meurt des suites de sa blessure le 25 juin 1894 peu après minuit. Sadi Carnot était alors particulièrement haï dans les rangs anarchistes pour avoir refusé la grâce d'Auguste Vaillant dont l'attentat à la Chambre n'avait pourtant pas fait de victimes.