29 décembre 2013

Noël ou les fêtes de l'Eternel?



En ces jours où le monde est en effervescence pour Noël, cet article nous permet de faire le point sur les fêtes que nous choisissons de vivre. Quelles fêtes vivons-nous pour adorer Dieu ? Quand et comment le Père nous demande-t-Il de L’honorer dans les Écritures ?



                                                   QUE PENSER DE NOEL ? 
Tiré d’un enseignement  intitulé « When was Christ really born »


Une réalité à prendre en compte : Dans la bible, aucune célébration d'anniversaire n’est mentionnée au sein du peuple de Dieu à travers tous les siècles. Les deux seuls anniversaires qui sont clairement rapportés dans les Ecritures, sont ceux de deux monarques païens : Pharaon en Genèse 40:20, et Hérode en Matthieu 14:6 et Marc 6: 21.
Pourquoi ? Parce que Dieu dit que « le jour de la mort vaut mieux que le jour de la naissance » (Ecc 7:1).

Si nous nous basons sur ce concept biblique, alors il est vain de croire que Dieu nous demande de célébrer la naissance de Jésus/Yeshua. C’est le jour de Sa mort que Yeshua a racheté notre salut éternel et qu’Il a vaincu Satan. De toute évidence, le jour de la mort de Yeshua est beaucoup plus important que le jour de Sa naissance, aussi merveilleux ce jour fut-il ! D’où l'exhortation : « Annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne » 1 Cor 11:26.


On entend souvent dire : « il n'y a aucun mal à célébrer l'anniversaire de Jésus le jour de Noël, même si nous savons qu'il n'est pas né ce jour-là ! En faisant cela, nous honorons Dieu et nous rendons témoignage au monde ».

Même si à nos yeux cela ne pose pas de problème de faire quelque chose que Dieu ne nous a pas ordonnée de faire, là n’est pas la question.

La vraie question à se poser est la suivante : « Aux yeux de Dieu, est-ce que ce que nous faisons Lui plait ? » Et si ce n’est pas le cas, alors qu’elle doit être notre réaction ?

Croyez-vous vraiment que cela plaise à Dieu que l’on ne célèbre pas une de Ses fêtes
annuelles qu'Il nous a clairement commandée d’observer
– comme célébrer ce que les juifs appellent la fête de Pessah (ce que la chrétienté appelle la Pâque Juive), « … car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête » (1 Cor 5:7-8) – et que l’on observe une fête qu'Il n'a manifestement pas demandée de faire ?

La question perfide de Satan à Eve « Dieu a-t-il réellement dit ? » est encore d’actualité aujourd'hui, et la réponse de l'homme est toujours la même…



Il n’y a pas de mal à être joyeux et reconnaissants envers notre Seigneur, Lui qui nous a tant aimé, Lui qui est venu dans le monde, qui est né pour nous sauver. Le « problème » est que nulle part dans les Ecritures, on ne trouve une indication ou un commandement nous demandant de célébrer Sa naissance. Si vraiment nous désirons honorer Sa naissance, alors il faut la célébrer au moins à la bonne date, lorsque Yeshua est vraiment né. Il n’est pas né en hiver, mais en automne durant la fête des Tabernacles ou Souccot (ces quelques pages sont extraites d’une étude qui le démontre clairement).


OBEIR A LA LOI DE DIEU OU A CELLE DES HOMMES


L'Eglise primitive ne célébrait pas la naissance du Christ. En fait, les premiers disciples ont cessé de célébrer les Saintes Convocations bibliques prophétiques ordonnées par Dieu environ trois siècles après la mort de Yeshua. Alors, pourquoi Dieu aurait-Il attendu 300 ans après la naissance du Christ pour que l’on célèbre Sa naissance ? Personne n’a jamais considéré Constantin comme étant un prophète envoyé par Dieu, sauf apparemment au sein de la chrétienté traditionnelle. C’est cet empereur romain qui a remplacé les lois de Dieu par ses propres lois – Noël est la christianisation d'une fête païenne célébrant le solstice d'hiver qui remonte à Nimrod de Babel. Constantin a également introduit de nombreuses autres lois non bibliques comme le culte du dimanche (qui a remplacé le Shabbat), les fêtes de pâques et
énormément de lois qui violent la Nouvelle Alliance.

Les chrétiens disent : « nous ne sommes plus sous la loi ! » Réfléchissons un moment : « si nous faisons quelque chose toutes les semaines ou tous les ans à la même date, le même jour, alors ne sommes-nous pas sous une loi ? Bien-sûr que si ! La question à se poser est la suivante : « Sous quelle loi sommes-nous ? » Ici la réponse est claire : nous obéissons à la loi de Constantin. « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Actes 5:29). Certains chrétiens suivent aussi leurs propres lois en ne célébrant aucune fête !


DEUX GRANDES RAISONS… PARMI TANT D’AUTRES


Le Seigneur nous commande clairement de proclamer la mort de Son Fils à Pessah (que nous appelons de manière erronée la Pâque juive alors qu’il s’agit de la Pessah de YHVH) et non pas Sa naissance. Voici les deux grandes raisons :


La première raison, c’est qu’à Pessah, l’attention est mise sur la croix du Messie juif, sur Son sacrifice et sur le sang de Yeshua qui a été versé pour nos péchés. Cela permet à l'Esprit-Saint de travailler nos cœurs. C’est l’occasion pour l’homme de comprendre qu’il a besoin de repentance et de recevoir le pardon de ses péchés, de recevoir le salut. De manière habile et sournoise, faire la volonté de l’adversaire en obéissant aux lois de Constantin détourne l'attention qui doit être centrée sur le Messie et Sa croix.

Cela amoindrit le dessein de Dieu pour sauver l'humanité. De plus, cela entrave la puissance de Dieu au sein d’une Église qui mélange le profane et le sacré. L'Église n’a jamais été aussi puissante que durant ses 300 premières années quand elle célébrait encore les Rendez-vous prophétiques de Dieu.


La deuxième raison a une portée stratégique très importante sur le plan spirituel. La Parole nous commande « d’annoncer la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne ». Si les chrétiens avaient continué à célébrer Pessah comme cela nous est demandé (1 Cor 5:7-8), au lieu de célébrer les fêtes de pâques, alors de nombreux juifs à travers les siècles se seraient demandés pourquoi les chrétiens célèbrent cette fête en même temps qu’eux.

Nous aurions répondu que lorsque Dieu a ordonné aux enfants d’Israël de mettre le sang de l'agneau sur les linteaux des portes pour être délivrés de l'esclavage de Pharaon lors de la première Pâque, Il était en train de les préparer à voir le sang de Son propre Agneau les délivrer de l'esclavage spirituel de Satan lors de la deuxième Pâque.

Dieu a institué la première Pâque sur Son calendrier prophétique selon Sa prescience de la seconde Pâque, la première Pâque a été calée le même jour où le Messie allait être crucifié. Le commandement « pour le juif premièrement » (Rom 1:16 et 2:10 ) n'aurait pas été aussi facilement détourné comme cela a été le cas au cours des siècles puisque les pâques chrétiennes sont célébrées à une date différente de Pessah et sont reliées à Noël.

 La chrétienté présente donc aux juifs, un Messie que ces derniers peuvent difficilement reconnaitre comme étant le Mashiah. Célébrer Pessah en même temps que les juifs aurait également permis aux chrétiens de célébrer la résurrection de Yeshua le jour où elle a eu lieu sur le calendrier prophétique de Dieu, c’est-à-dire le jour de la Fête des Premiers Fruits au lieu des pâques chrétiennes instaurées par Constantin qui n’ont rien a voir avec Pessah.



 Si au cours des siècles la chrétienté avait obéit à son appel, le peuple juif aurait été beaucoup mieux à même de comprendre que Yeshua est bien le Messie tant attendu.
Sommes-nous comme les pharisiens d’antan ? « Il leur dit encore : Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition » (Marc 7:9) « annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition » (Marc 7:13). Si on prend en considération les deux grandes raisons exposées ci-dessus, le verset 9 et ses conséquences au verset 13 s'appliquent. Nous célébrons Noël, une tradition/un commandement d’hommes, mais pas Pessah, le commandement de Dieu.


La vraie question à se poser : « Pourquoi sommes-nous si réticents à nous conformer à la Bible alors que les commandements sont si clairs..., et que leurs conséquences prophétiques sont si importantes..., cela serait un témoignage évident que Yeshua est le Messie pour les juifs non croyants.. ? »

La dynamique indéniable à laquelle nous assistons au sein de la chrétienté à travers le monde, c’est la réconciliation avec les racines hébraïques de la foi. Cela n’est pas du tout une hérésie même si l’on trouve des enseignements loufoques (que nous devons bien-sûr ne pas retenir) au sein du mouvement. Le diable allait-il prendre ce mouvement de Dieu à la légère ? Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain !

Aujourd'hui, Dieu est à l'œuvre. Il est en train d'appeler Son peuple à une certaine mise à part – une séparation basée sur la vérité doctrinale pour faire revenir Son peuple à Lui, pour faire revenir Son peuple dans Ses voies, et pour rendre mature le corps du Messie.



LA VÉRITÉ ET LA JUSTICE NE PEUVENT PAS ETRE REFORMEES, ELLES PEUVENT UNIQUEMENT ETRE RETABLIES


L'époque dans laquelle nous vivons est le rétablissement prophétisé par Pierre en Actes 3:19-21 : «  repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ, que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes. «  

Constantin n'était pas un saint prophète de Dieu. Ces versets s'appliquent et sont d’actualité comme jamais auparavant.


Nous pouvons participer à ce rétablissement en faisant de la Bible notre autorité finale et absolue, en séparant ce qui est saint de ce qui est profane dans nos vies et dans notre adoration. En d'autres termes, conduisons-nous comme de bons béréens en « examinant chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on nous dit est exact ». Notre Seigneur revient pour une Epouse sans tache. L'onction pour la récolte finale ne sera pas versée sur une chair qui n’a pas choisie volontairement d’être sanctifiée. Jérémie 6:16 : « Ainsi parle l’Eternel : Placez-vous sur les chemins, regardez, Et demandez quels sont les anciens sentiers, Quelle est la bonne voie ; marchez-y, Et vous trouverez le repos de vos âmes ! Mais ils répondent : Nous n’y marcherons pas ».



Cela exige de prendre très sérieux les avertissements de Paul et de nous « examiner nous-mêmes pour voir si nous sommes dans la foi » (2 Cor 13:5). « Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché ». (Rom 14:23). Il n'y a qu'une seule foi (Eph 4:5). Cette foi est « la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes » (Jude 3). C’est pour cette foi que nous sommes « exhortés à combattre ». Elle a été donnée de nombreux siècles avant la foi catholique, la foi orthodoxe, et la foi protestante…


EN CONCLUSION


En fin de compte, est en jeu tout ce qui peut affecter la Gloire de Dieu. Satan le sait très bien ! L’Amour, la Puissance et la Sagesse de Dieu sont parfaitement démontrées à travers les sept Fêtes prophétiques qu’Il a ordonnées avant la fondation du monde. Ces temps fixés ne commémorent pas seulement une époque révolue de la nation d’Israël (trois fois par an, les hébreux se rendaient à Jérusalem pour célébrer les fêtes bibliques).

Ces rendez-vous sont toujours d’actualité. Dans Son amour, Sa sagesse et Sa puissance, Dieu a établi Son calendrier et Ses Saintes Convocations car Il savait que le Messie allait accomplir ces rendez-vous lors de Sa première venue et à Son retour.



Il a accompli les Fêtes de printemps lors de Sa première venue. Les Fêtes d'automne seront complètement accomplies quand Il reviendra. Quelle que soit notre adoration, si nous continuons à célébrer encore les fêtes chrétiennes traditionnelles comme Noël et les fêtes de pâques (fêtes ordonnées par Constantin), et que nous ne connaissons pas les Fêtes de YHVH/l’Eternel (cf. Lévitique 23), alors nous ne pouvons pas pleinement saisir tout l’Amour, toute la Puissance et toute la Sagesse de Dieu. De plus en plus de croyants entendent la voix du Berger les appeler au bercail pour participer à l’accomplissement de Son Plan pour la période du « trouble de Jacob » qui va venir « pour le juif premièrement ».

 Je prie de tout mon coeur pour que vous et moi soyons parmi ces croyants !
« Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises ! »



Jean-Claude Chevalme

04 décembre 2013

L'importance des prophètes et de la prophétie dans nos vies

Prophétise sur ces ossements et dis-leur :
Ossements desséchés, écoutez la parole de l'Eternel!
Ainsi parle le Seigneur Eternel à ces ossements:
Voici que je vous envoie  Mon SOUFFLE,
et VOUS REVIVREZ. Ez 37


   Les prophètes sont-ils importants ?


Même si nous avons été échaudés par des paroles prophétiques qui ne se réalisèrent pas, nous ne pouvons pas nous permettre de mettre la prophétie ou l'office de prophète de côté. Voici pourquoi :
Mentionnez le mot prophète à certaines personnes et leurs mains deviennent moites, une boule se forme dans leur gorge et ils commencent à regarder vers la porte. Pour beaucoup, ce n'est pas qu'ils ne croient pas à la prophétie, mais ils en ont assez de se faire brûler les ailes par des prophètes trop zélés au message déséquilibré et ils sont prêts à jeter l'éponge. 
Cependant quoique nous pensions des prophètes, une chose est certaine : ils sont l'idée de Dieu - oui, même quand ils se trompent, provoquent du désordre et rendent la vie difficile aux responsables de l'église. Dieu a conçu l'église pour qu'elle ait besoin de cet office crucial.
Il savait aussi que l'église voudrait pouvoir se débarrasser des prophètes et de la prophétie. Pour cette raison, Il nous ordonna en 1 Thess. 5. 19 : N'éteignez pas l'Esprit. Ne méprisez pas les prophéties

Notez que Dieu lie la capacité du Saint-Esprit à agir avec liberté parmi les croyants - et ne pas être refoulé ou éteint - avec la prophétie. Le mot «mépriser» est tiré du mot grec exoutheneo qui signifie, «Ne tenir aucun compte, traiter avec mépris, regarder comme n'étant rien». Le verset 21 continue en disant, «Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon.» Il s'agit d'une précaution nécessaire pour traiter avec la prophétie.
En effet, Dieu savait depuis le début que l'utilisation de personnes intrinsèquement brisées pour lui servir de porte-parole, se traduirait par de nombreuses transmissions hasardeuses et pourtant ce fut Son plan parfait. Aujourd'hui ce plan se poursuit car Dieu amène une réforme du domaine prophétique et de l'office de prophète. Le mot réforme qui vient du mot grec diorthosis, signifie «redresser complètement». Dans un sens physique, il s'agit d'être droit, de rétablir dans son état naturel et normal quelque chose qui est d'une certaine façon en saillie ou tordu, comme une jambe cassée. Pour certains, le domaine prophétique est certainement devenu comme un membre difforme.

De la même façon, nous devons comprendre le poids que cela représente d'être prophète. Pouvez-vous imaginer la responsabilité de parler pour Dieu - d'entendre, de voir et d'interpréter le cœur et la pensée de Dieu pour notre génération ? Pouvez-vous imaginer avoir le courage de dire quelque chose à haute voix dans une culture où une seule faute peut disqualifier votre vie, malgré vos résultats passés ?
Je défends les prophètes. Je ne suis pas aveugle sur les fautes qu'ils ont commises dans le passé et je suis conscience des défis auxquels ils sont confrontés aujourd'hui. Mais l'église devrait faire preuve envers un prophète qui est à côté de la plaque de la même miséricorde et de la même grâce qu'elle offre à un pasteur qui prêche un sermon minable.

L'église n'est pas un bâtiment mais une maison spirituelle construite avec des pierres vivantes - nous qui formons l'habitation de Dieu par l'Esprit. Aujourd'hui, même au travers des cicatrices et des blessures causées par des prophéties dont on peut douter qu'elles aient été inspirées, Christ continue de bâtir Son église par la puissance de Son Esprit, au travers des prophètes et du ministère prophétique.
Cependant si l'église arrive à la pleine maturité que Dieu désire, elle doit utiliser et positionner convenablement les prophètes et la prophétie. Éliminer les prophètes du procédé de construction de l'église équivaut à se priver de la clef de la connaissance, qui est un des outils les plus vitaux dans l'édification d'églises post-testamentaires solides. Il n'est pas possible de conduite une église ou un ministère de plénitude sans la direction du Saint-Esprit dans les activités quotidiennes. Les prophètes sont essentiels pour la maturité de l'église car ils ont le don d'entendre des paroles de connaissance pertinentes venant de Dieu. Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs,  pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ  Eph 4/11 (1)

PROPHÉTIE PROACTIVE

L'intention de Dieu pour l'église du Nouveau Testament est qu'elle soit bénie par le don de prophétie. Quand le Corps de Christ positionne convenablement les prophètes et la prophétie, nous avons la puissance d'accomplir davantage en dépensant moins d'énergie.
Si vous étudiez comment la prophétie est traitée dans le Nouveau Testament, vous verrez que chaque mot se rapportant à des dons prophétiques et à leur exploitation au sein de l'Église exige du croyant de prendre l'initiative et la responsabilité dans la façon dont fonctionne ce don. L'apôtre Paul - qui avait certainement le plus à dire sur le rôle de la prophétie dans l'église - exhorte les croyants à désirer, à aspirer, à ne pas négliger, à rechercher et à exceller dans la prophétie pour l'édification du Corps de Christ.

Le christianisme est, en règle générale, dynamique. Si nous désirons voir la puissance de Dieu se libérer dans notre génération, nous devons apprendre à initier et exceller. Exceller consiste à être au-dessus de la moyenne. L'Écriture dit que le prophète Daniel était «dix fois supérieur à tous les magiciens et astrologues» de Babylone (Dan 1/20). Le ministère prophétique doit atteindre un niveau d'excellence.
Très souvent, les chrétiens croient à la souveraineté de Dieu d'une manière non biblique. Ils pensent que si le Seigneur désire leur donner une parole prophétique, Il la fera tomber du ciel ! Bien que de toute évidence Dieu soit capable de communiquer toute parole prophétique, ce moyen «accidentel» de prophétiser, n'est certainement pas la norme dans l'Écriture. Les prophètes prééminents sont ceux qui ont appris à collaborer avec Dieu.
Nous devons «aspirer au don de prophétie» (1 Cor 14/39). Aspirer est un mot passionné et actif tiré du grec zēlōtē, qui évoque une personne brûlante de zèle - un zélote. Aspirer veut dire être profondément désireux ou zélé pour acquérir quelque chose. Ce mot veut aussi dire défendre et combattre pour  l'obtenir.

DÉVELOPPER LE DON

Paul exhorte Timothée en 1 Tim.4:14 Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t'a été donné par prophétie avec l'imposition des mains de l'assemblée des anciens. Occupe-toi de ces choses, donne-toi tout entier à elles, afin que tes progrès soient évidents pour tous.
Si nous voulons être excellents dans les dons spirituels qui s'attachent au ministère, nous devons prêter sérieusement attention au développement de ces dons. Certaines versions amplifiées de la Bible traduisent ce verset par «pratique, cultive et médite ces choses. Vois comme ton ministère de te donner tout entier à elles, afin que tes progrès soient évidents pour tous

Une des manières les plus efficaces de cultiver le don de prophétie est d'étudier les définitions bibliques de la façon dont fonctionne ce don et le rôle qu'il joue dans l'édification de l'église. Il est important d'étudier les principes fondamentaux des dons prophétiques pour être enracinés dans la vérité. Paul écrit que nous ne devrions pas être ignorants des dons spirituels (1 Cor 12/1). Je crois que l'ignorance est la raison principale pour laquelle l'église ne fonctionne pas dans la plénitude de l'Esprit.
Osée 4/6 révèle que le peuple de Dieu «est détruit par manque de connaissance». Le dictionnaire définit l'ignorance comme étant la condition d'une personne inculte, inconsciente, désinformée et inexpérimentée. L'ignorance détruit le bon positionnement des prophètes et des dons prophétiques dans le Corps de Christ.

DES PAROLES DE VIE ET DE LUMIÈRE
La prophétie est un des plus grands dons que le Seigneur ait offert au Corps de Christ, en partie grâce à cette capacité d'édifier par la parole. Des paroles données dans un contexte adéquat peuvent apporter la vie et la guérison au cœur humain. Prov 25/11 dit : «Comme des pommes d'or sur des ciselures d'argent, ainsi est une parole dite à propos.» Il ne faut qu'une seule parole donnée à bon escient à une âme en souffrance pour présenter ou re-présenter Yeshoua à cette âme.

Les gens sont contrôlés par des paroles. La dignité est restaurée par des mots et l'amour se communique de la même façon. Nos contextes sont formés et créés par des mots. Bien que ceux-ci soient un élément vital du ministère prophétique, la capacité de construire et de créer est aussi une fonction essentielle de l'office de prophète. Une seule parole donnée dans la puissance de l'Esprit peut apporter lumière, structure et plénitude à une vie sinistre, vide et dénuée de tout but et consistance.

Genèse 1. 3 donne la première parole que Dieu ait prononcée dans la Bible, «Que la lumière soit». Il ne prédisait pas simplement la lumière, Ses paroles la créaient. La préoccupation principale d'un prophète devrait être de libérer la lumière et ce faisant, d'exposer les ténèbres. Il est temps d'apporter la restauration et non la dévastation.
Il ne faut pas beaucoup d'effort pour déraciner et démolir, par contre, il faut de l'amour, de la patience et de la sagesse pour planter et construire. De nombreux prophètes immatures - particulièrement ceux qui sont passés par des délivrances, sont prompts à identifier l'œuvre de Satan dans une personne sans se préoccuper de son âme. Ils peuvent très exactement saisir les problèmes, mais n'offrent pas de solutions.
D'un autre côté, un prophète mature, offre ce que j'appelle une «ordonnance» prophétique. Il ne minimise pas les problèmes, mais au contraire est à l'écoute du Saint-Esprit au sujet de toute âme humaine. Le véritable ministère prophétique transmet grâce et vérité pour libérer les gens, tout en leur montrant comment sortir de leurs péchés pour atteindre des niveaux supérieurs de maturité spirituelle.

DE LA FONDATION À LA RÉVÉLATION

La fonction principale du ministère prophétique est de pousser les croyants à édifier leur vie sur la fondation de Christ. Les prophètes aident à poser ce fondement dans la vie même des croyants en donnant des paroles divinement inspirées qui sont basées sur le dessein et la destinée de Dieu pour chaque vie. Nous savons que le Saint-Esprit témoigne toujours de Yeshoua c'est pourquoi la quintessence même du ministère prophétique est la révélation de la personne, de la puissance et de l'œuvre de Jésus-Christ.
Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera.  Jean 16/14 (1) 

 Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus Christ lui-même étant la pierre angulaire.  Eph 2/20 (1)

Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes,jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ,  afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction,  mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ. Eph 4/11 -15 (1)
Prov. 29. 18 dit que, Quand il n'y a pas de révélation, le peuple est sans frein ; heureux s'il observe la loi! La révélation est la volonté révélée de Dieu pour votre vie - en d'autres termes, la vision prophétique. Ainsi, là où il n'y a pas de vision prophétique, le peuple est sans frein, ce qui veut dire inexercé dans les voies de Dieu, vivant une existence indisciplinée. 

Nous sommes appelés à être des disciples de Christ. Un disciple est un apprenti discipliné. Le ministère prophétique vous équipe de l'avantage de vivre selon la discipline divine. Quand nous n'avons pas cette vision prophétique, nous avons tendance à vivre dans un vide.
Une traduction de ce verset de Prov. 29. 18 donne ceci : «Sans vision prophétique le peuple vit anarchiquement». En d'autres termes, nous vivons des vies sans contrôle, sans direction, sans rythme ou sans raison. 
La parole prophétique apporte ordre et structure dans une vie, tout en lui rappelant une plus grande vision. Dieu veut que votre vie ait une signification, et la parole prophétique vous pousse à vivre selon des critères qui vous dépassent. Elle vous incite à poursuivre un dessein éternel au lieu d'une gratification instantanée. Elle change votre système de valeur. Une fois que le but de Dieu est révélé, il vous pousse à vous affectionner aux choses d'en haut qui transcendent ce monde temporaire.

De nombreuses personnes - croyants inclus - vivent leur existence sans jamais connaître ou obéir au dessein prophétique de Dieu. Les cimetières sont un des lieux les plus riches de la planète. Ils sont peuplés de gens qui avaient un potentiel extraordinaire pour faire de grandes choses et qui n'ont jamais eu d'impact sur leur environnement. Que ne soit pas inscrit sur votre pierre tombale, «J'ai vécu comme si je n'existais pas», ou «Elle s'est contentée de peu», ou «Il n'a jamais découvert ses richesse intérieures».
La vie sans Christ peut être comme d'avoir le souffle coupé. La parole prophétique fournit de l'oxygène à la vie et à la destinée éternelle. La prophétie vous rend le souffle du Saint-Esprit. Dieu insuffla la vie à Adam et lui donna un but prophétique.

LA CARTE ROUTIÈRE DE DIEU POUR VOTRE VIE

Dieu désire nous donner des images, des cartes et des directives sur notre façon de vivre. Il veut nous conduire dans chaque méandre et saison de la vie. Nous pouvons découvrir Sa volonté pour notre existence et celle-ci est souvent révélée par prophétie. Le monde et tout ce qu'il contient, essaye de nous attirer loin des desseins originaux de Dieu pour notre vie. Il nous fait miroiter ce qui est devant nous et son but ultime est de nous conduire sur les chemins de la destruction.
Mais Dieu, dans Son amour et Sa miséricorde, envoie des prophètes et des personnes prophétiques qui ont des révélations et des directives. Nous devons donc décider de suivre leurs conseils et d'aligner nos vies selon la parole prophétique révélée et éprouvée.

Au moment où vous choisirez d'aligner votre vie sur le but prophétique de Dieu, vous découvrirez que le Seigneur répond - et souvent, rapidement. Il envoie toute ressource dont vous avez besoin pour accomplir Son but prophétique pour votre vie. Vous n'êtes pas dans ce monde par hasard, et Dieu ne vous a pas laissé sans direction. Quelles qu'aient pu être vos expériences passées, accueillez l'onction prophétique qui vous donne un avantage pour vivre une vie riche et remplie.

Michelle McClain (charismamag.com)
Traduction Dominique François www.elijahlist.com 
Notes : 
(1) rajouté par l'éditeur




09 novembre 2013

Côte d'Ivoire, la prophétie marche vers son terme






Côte d'Ivoire,  la prophétie marche vers son terme

Car c'est une prophétie dont le temps est déjà fixé, 
          elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas  Hab 2/3
9 novembre 2013 

 Le Seigneur va se lever en Côte d'Ivoire d’une façon dont on n’a jamais entendu parler dans l'histoire : Regardez, vous qui êtes pleins de mépris, soyez étonnés et disparaissez, car je vais faire à votre époque une œuvre que vous ne croiriez pas si on vous la racontait. Actes 13/41  Parce que l'Eternel se lèvera comme en la montagne de Pératsim, et il sera ému comme dans la vallée de Gabaon, pour faire son oeuvre, son oeuvre extraordinaire, et pour faire son travail, son travail non accoutumé. Esaie 28/21 

 A partir de 1993, le Seigneur me donna plusieurs passages sur la façon dont il agirait pour la  délivrance de la Côte d’Ivoire et qui s’éclairciront au fil du temps. En voici  quelques uns dont j'avais parlé dans la naissance d’une nouvelle Côte d’Ivoire 

I- L'Eternel combattra pour la Côte d’Ivoire comme pour Josué à Gabaon

 Et l'Eternel jeta sur eux l'épouvante devant Israël, et il leur fit essuyer une grande défaite près de Gabaon, et Israël les poursuivit ... Et, comme ils fuyaient devant Israël, à la descente de Beth-Horon, l'Eternel fit tomber sur eux des cieux de grosses pierres jusqu'à Azéka, et ils moururent, et ceux qui moururent des pierres de grêle furent plus nombreux que ceux que les fils d'Israël tuèrent avec l'épée. C'est alors que Josué parla à l'Eternel, dans la journée où l'Eternel livra les Amorrhéens aux fils d'Israël ; il dit en présence d'Israël : Soleil, arrête-toi sur Gabaon. Et toi, lune, sur la vallée d'Ajalon.  Et le soleil s'arrêta Et la lune suspendit son cours jusqu'à ce que la nation se fût vengée de ses ennemis.   Et le soleil s'arrêta au milieu du ciel et ne se hâta point de se coucher, presque un jour entier Et avant et après il n'y eut point de jour semblable à celui-là, où l'Eternel exauçât la voix d'un homme ; car l'Eternel combattait pour Israël.  Josué 10/10 à 14

II-  Il va agir  selon la prophétie d’Esaie en 2 Rois 19 et comme pour Josaphat en 2 Chroniques 20
2 Rois 19 : 1– 37 : ..Et Ésaïe leur dit: Voici ce que vous direz à votre maître: Ainsi parle l'Éternel: Ne t'effraie point des paroles que tu as entendues et par lesquelles m'ont outragé les serviteurs du roi d'Assyrie.  Je vais mettre en lui un esprit tel que, sur une nouvelle qu'il recevra, il retournera dans son pays; et je le ferai tomber par l'épée dans son pays.(v 6-7)  Que ceci soit un signe pour toi: On a mangé une année le produit du grain tombé, et une seconde année ce qui croît de soi-même; mais la troisième année, vous sèmerez, vous moissonnerez, vous planterez des vignes, et vous en mangerez le fruit. (v 29) Cette nuit-là, l'ange de l'Éternel sortit, et frappa dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt-cinq mille hommes. Et quand on se leva le matin, voici, c'étaient tous des corps morts..(v 35). Le prophète  Esaie ne délivre ses messages qu’au roi Ezéchias et non au peuple.
1. Il nous est parlé ici de 3 faits  :" une  nouvelle qui arrive" - un signe de 3 années -  et le résultat : l’action de l’Ange de l’Eternel qui frappe  l’armée de Sanchérib.   

Je reprends ici » Lakis »  une prophétie d’Esther précédemment mise sur le blog, inspirée de ce même passage  de 2 Rois 19 qui s'adressait  à l'Armée de l'Eternel  en Côte d'Ivoire en l’éclairant  d’un jour nouveau:
 2- L Eternel a choisi un Chef d’armée dans le pays qui va ouvrir la route à son "oint" :
 
LAKIS 
Comme a été prise Lakis et comme a été prise Libna
Marche devant moi, JE SUIS AVEC TOI
Parce que tu n'as pas aimé la violence, mais tu as aimé le droit
Et parce que tu ne t'es incliné devant personne sinon devant Moi.
Moi, je t'ouvre un chemin, je t'ouvre une voie,
Contre tes adversaires, afin que tu ouvres une voie devant Mon roi.
Saisis - toi de ma main, laisse toi guider
Tu mettras ton pied dans l'empreinte de Mon pied,
J'affermis ta force
Mon oint n'est pas loin 
Il te connait et tu le connaitras.
Epaules contre épaules,
Coudes contre coudes,
Pieds contre pieds,
Mon armée s'avance.
C'est un mur redoutable, une puissante armée.
Les genoux tremblent, les genoux défaillent,
les armes tombent des mains, les regards sont affolés,
les hommes s'égaient comme des oiseaux.
Quand l'armée de l'Eternel s'avance.
VA, JE SUIS AVEC TOI
Tu n'as pas aimé la violence
Tu n'as pas aimé la corruption,
Je te nomme Général en Chef de Mon armée
Tu mettras en déroute tes ennemis.
Esther (mai  2011)

En Joel 2/11 l’Eternel précise  que son camp est immense et que l’exécuteur de sa parole est puissant.. !

  3. L’Eternel tend une embuscade aux armées ennemies qui s’auto-détruisent :
- En 2 chroniques 20, face à la coalition des Moabites, des Ammonites et des Edomites ( les fils de Seir)   le roi  de Juda, Josaphat  expérimente une merveilleuse délivrance .  Sous l’influence des anges de l’Armée de l’Eternel, les armées ennemies en pleine confusion vont se détruire mutuellement.  . Les Moabites, se joignent aux Ammonites contre les gens de Séir ( ou d’Edom); ceux-ci une fois exterminés, les Moabites et les Ammonites en viennent à leur tour aux mains. 

Soyez attentifs, tout Juda et habitants de Jérusalem, et toi, roi Josaphat ! Ainsi vous parle l'Eternel : vous, ne craignez point et ne soyez point effrayés devant cette grande multitude, car ce n'est pas à vous à combattre, mais à Dieu. (2 Chr 20/15)  
Au moment En où l'on commençait les chants et les louanges, l'Éternel plaça une embuscade contre les fils d'Ammon et de Moab et ceux de la montagne de Séir,( Edomites) qui étaient venus contre Juda. Et ils furent battus.( v 22) Les fils d'Ammon et de Moab se jetèrent sur les habitants de la montagne de Séir pour les dévouer par interdit et les exterminer ; et quand ils en eurent fini avec les habitants de Séir, ils s'aidèrent les uns les autres à se détruire...(v 23)

La terreur de l'Éternel s'empara de tous les royaumes des autres pays, lorsqu'ils apprirent que l'Éternel avait combattu contre les ennemis d'Israël. Et le royaume de Josaphat fut tranquille, et son Dieu lui donna du repos de tous côtés....(v 29-30)

III-. La Destitution et le jugement de l’autorité en place 

 Esaie 22/15 à 23 :Esaïe annonce au préfet du palais, Chebna sa destitution et son remplacement par un homme qui remplira sa charge dans la crainte de Dieu et pour le bien du peuple.  
Va, transporte-toi auprès de ce haut dignitaire, auprès de Chebna, gouverneur  du palais pour lui dire :  Que possèdes-tu à toi en ces lieux, qui t'appartient ici, pour t'y creuser un sépulcre? (1) II ose se creuser un sépulcre sur les hauteurs, se tailler une demeure dans le roc!  Voici, l'Eternel va t'empoigner avec vigueur, te faire tourner sur toi-même;  il te roulera comme une pelote, te lancera comme une boule vers un pays aux vastes espaces. Là, tu mourras, là iront tes chars somptueux, ô toi, honte de la maison de ton maître.  Ainsi je te précipiterai de ton poste et te culbuterai de ta place.  
 En ce jour, je ferai appel à mon serviteur Eliakim, fils de Hilkyyâhou.  Je le revêtirai de ta tunique, fixerai autour de lui ta ceinture et remettrai ton pouvoir entre ses mains; il sera un père pour les habitants de Jérusalem et la maison de Juda. Je poserai la clef de la maison de David sur son épaule: il ouvrira et personne ne fermera, il fermera et personne n'ouvrira.  Je le planterai solidement comme un clou dans un mur résistant, et il deviendra un trône de gloire pour la maison de son père. ... 
En ce jour, dit l'Eternel-Cebaot, le clou   planté dans un endroit solide cédera, (c'est à dire Chebna) il sera abattu et tombera, et avec lui sera ruinée toute la charge qu'il supporte. C'est l'Eternel qui a parlé.

Dans un premier temps, le Seigneur compare  Chebna, c'est à dire le pouvoir actuel en place, à une boule dont il fait ce qu'il veut et qu'il éjecte du pouvoir comme on "joue aux boules". Puis il emploie une nouvelle image, celle  de 2 "clous",  pour mieux opposer le serviteur qu'il s'est choisi  et qu'il plantera lui même solidement sur le trône, à Chebna,"ce clou" non planté par l'Eternel, mais qui se croit installé à une " place solide "et qui finira par tomber. Un bon bricoleur sait que s'il plante un clou dans un endroit friable, le mur, le "clou" et la charge qu'on veut lui faire porter s'écroulent ensemble.

Déborah et Esther 

(1).Note biblique Chebna,ou Sebna,  en Esaie 22/16 est ici décrit comme un étranger et un parvenu   Que possèdes-tu à toi en ces lieux, qui t'appartient ici, pour t'y creuser un sépulcre? De ce qui est dit versets 20 et 21, on doit conclure que l'administration de Chebna était dure pour le peuple et qu'il appartenait au parti de l'alliance égyptienne, si vivement combattue par Esaïe comme une infidélité envers Dieu (voir chap 30 et 31).










05 novembre 2013

La révélation du buisson ardent



                                                Dis leur que celui qui s’appelle « JE SUIS » m’a envoyé...


 
«Dieu dit à Moïse: JE SUIS CELUI QUI EST « Eyeh Asher Eyeh »(1) Et il ajouta: C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël: Celui qui s'appelle 'JE SUIS' m'a envoyé vers vous. Dieu dit encore à Moïse : Tu diras aux Israélites : « YHWH, le Dieu de vos pères, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob,  m'a envoyé vers vous. » C'est là mon nom pour toujours, c'est mon nom tel qu'on l'évoquera de génération en génération (Ex 3 :14-15) 

C’est en ces termes «  JE SUIS » que L’Eternel répondit à Moïse quand celui-ci lui demanda ce qu’il devait répondre quand les Israélites vers lesquels il était envoyé lui demanderaient qui l’envoie. L’identité sous laquelle Dieu se définit alors à Moïse, est unique et originale parce que jusque-là inconnue. Car depuis Abraham, Il s’était fait connaître du nom de L’Eternel, du Dieu d’Abraham d’Isaac et de Jacob…Cet autre nom, « JE SUIS » est de ce point de vue non seulement fascinant, mais il se présente encore plus sublime, empreint de majesté et inspirant la crainte quand il est objet de méditation profonde. La progression  des noms par lesquels il était jusque là invoqué est lourde de sens : Dieu n’est pas catalogué dans une définition achevée ; car là où on s’imagine l’avoir saisi, Il montre que même commencer à le connaître est un commencement qui ne sera jamais achevé. Dieu est tout simplement Dieu. Et le nom duquel Il se fait appeler alors qu’Il parle à Moïse est tout à fait impressionnant : « JE SUIS CELUI QUI EST».

 Le verbe ETRE, est avec le verbe AVOIR, les auxiliaires qui sont à la base de la plupart de nos codes de communication. Mais le verbe ETRE se situe à la genèse de tous les déterminismes humains. Car avant d’avoir, de se mouvoir, de manger…il faut être. Et « être » ne peut se saisir pleinement que parce que inscrit dans le temps présent ; car c’est seul le vivant qui a conscience de lui-même et de ce qui l’entoure. En se conjuguant donc  Lui-même au présent « JE SUIS », Dieu montre que son rapport avec le temps, le temps présent, est constant et permanent. 

En aucun moment, Il n’est déconnecté du présent. De notre quotidien. Chaque seconde qui apparaît sur l’horloge, confirme avec exactitude, ce que celle qui l’a précédé lui a dit de Lui : il est « JE SUIS », inchangé malgré l’usure du temps. Pour nous, l’éternité c’est le temps qui ne finit jamais de se dérouler; mais pour Dieu, pour « JE SUIS », l’éternité c’est la somme infinie des temps présents, c’est le présent qui ne finit jamais. Pour nous mille ans, c’est le temps qui s’écoule et s’égraine sur l’échelle du temps, mais pour Lui, pour « JE SUIS », mille ans, c’est un seul jour qui ne connaît pas de coucher de soleil. Il est présent quand nous sommes heureux, tristes, pensifs, en pleurs…c’est pourquoi Il répond aussi présent quand nous l’invoquons.

 Il est présent quand notre douleur est solitaire parce qu’Il est l’Ami Fidèle et le Consolateur inégalé qui sait tout de nous. Notre histoire, notre existence, qui est une simultanéité des présents, est l’objet de toute son attention. Et de toute son affection. Parfois les situations de nos vies luttent avec nous à le conjuguer soit au passé soit au futur parce que notre foi en ce moment le trouve si inaccessible ! 
Mais la foi, la vraie, justement c’est de se convaincre qu’au milieu de nos défis existentiels, Il est Emmanuel, Dieu avec nous. Dans notre présent. Et c’est parce qu’Il s’appelle « JE SUIS », présent dans le présent, qu’Il a été témoin des souffrances du peuple d’Israël sous la servitude de Pharaon en Egypte en envoyant Moïse en son nom les délivrer.   Je suis l'Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin, dit le Seigneur, QUI EST, QUI ÉTAIT, et QUi SERA... Apo 1/8 Ce « JE SUIS » qui  couvre le passé, le présent et l’avenir..

Dieu est Dieu parce qu’Il est le seul Etre qui vit dans le présent avec la pleine connaissance du passé et la pleine connaissance de l’avenir. Qui peut donc mieux que « JE SUIS », réconcilier hier et aujourd’hui dans nos vies en faisant de notre présent une vie d’espérance bénie ?

 Et voici JE SUIS avec vous, tous les jours jusqu'à la fin du monde ...Math 28/20

Shalom à toutes et à tous !
Hervé Coulibaly 

Note de l'Editeur 

(1) Eyeh Asher Eyeh »
Le tétragramme YHWH (יהוה) est un nom hébraïque se composant des quatre lettres yōḏ (י), hē (ה), wāw (ו), hē (ה) issues de la racine היה (HYH) du verbe « être »
 Dieu se révèle à Moise sous son nom,.. Tout d'abord, Dieu répond : « Eyeh Asher Eyeh », phrase pour laquelle il existe plusieurs traductions mais qui contient deux fois le verbe « être ». Puis, devant l'insistance de Moïse, Dieu prononce lui-même le Tétragramme : « YHWH », qui provient du même verbe être. Ce nom YHWH, expliqué en Gn 3:14 par la formule
אֶהְיֶה אֲשֶׁר אֶהְיֶה (Ehyeh Asher Ehyeh). La traduction de cette formule en français selon les bibles est variable : On trouve le plus souvent « Je suis celui qui suis » (Segond) ou « Je suis qui Je serai »( Tob) rarement « Je suis celui qui est « 

IL m'a donc paru utile de joindre cette note d'un juif messianique Paul Ghénassian pour éclaircir ce NOM:
"La traduction en français " je suis celui qui suis "est incorrecte, on ne devrait pas dire " celui qui suis " mais " celui qui est " Ehyéh asher Ehyéh « . Il y a là 2 fois le mot " Ehyéh " qui veut dire " Je Suis " tandis que " ashér " se traduit par " qui ", et la traduction littérale est, sans hésitation possible : " JE SUIS QUI JE SUIS ".  
Ce mot " Ehyéh " JE SUIS est le véritable NOM de DIEU, c’est Lui-Même qui s’appelle ainsi : Tu diras aux enfants d’Israël : JE SUIS m’a envoyé vers vous " ;  le temps de ce verbe " je suis " est indéfini, il signifie également : j’étais, je suis, je serai,  Par ailleurs, nous trouvons ce même " JE SUIS " dans la bouche du Seigneur  dans ses affirmations Messianiques :
Avant qu’Abraham fut, JE SUIS (Jean 8 :58)  Mais il leur dit : JE SUIS, n’ayez point peur ( Jean 6 :20 = traduction littérale) 

Dans le verset suivant, Dieu dit à Moïse : " Tu diras ainsi aux fils d’Israël : YHWH, (l’Eternel ) le DIEU de vos pères… m’envoie vers vous " Exode 3 :15. Le mot traduit en français par l’ETERNEL, c’est en réalité " YHWH."( prononcé Yahaveh)
Ehyeh veut dire : JE SUIS (c’est la première personne du verbe être)
Yahaveh veut dire : IL EST (c’est la troisième personne du même verbe)
DIEU s’appelle " Ehyeh » (JE SUIS) à la première personne parce que c’est LUI qui parle de LUI-MEME. Nous, nous l’appelons " Yahaveh " YHWH -(IL EST), à la troisième personne, parce que c’est nous qui parlons de LUI,
Yahaveh ( YHWH) c’est la forme causative du verbe " Havah"(HVH) " qui signifie " être " ou plus exactement : " IL EST , IL VIT, IL FAIT ETRE " , la racine de ce mot est à la fois " ETRE " et VIVRE ", c’est " l'ETRE " dont le principal attribut est l’existence éternelle. " IL EST " ce qui exprime l’impossibilité de donner une définition adéquate de DIEU et souligne la transcendance de ce DIEU que l’homme ne peut véritablement nommer !" P.G

Déborah