21 septembre 2012

Prière pour la Côte d'Ivoire le jour de Yom Kippour

                                                                               

ETERNEL
JE VIENS DEVANT TA FACE
POUR PLAIDER EN FAVEUR DE MON PAYS
LA CÔTE D’IVOIRE
Mercredi 26 septembre 2012
 Yom Kippour
                                                     

Le mercredi 26 septembre 2012, correspond au dixième jour du septième mois du calendrier biblique et prophétique révélé à Moise en ces mots :
«L’Éternel parla à Moïse et à Aaron dans le pays d’Égypte, en ces termes : Que ce mois-ci soit pour vous le commencement des mois : il sera pour vous le premier des mois de l'année. Ex 12 : 1

Dans Lévitique 23, L’Éternel fixa les dates des fêtes bibliques annuelles que les enfants d’Israël devraient célébrer. Selon ce calendrier, ce mercredi 26 septembre 2012, correspond au dixième jour du septième mois biblique qui est  le premier  mois de l'année biblique .C'est le jour du grand pardon (Yom Kippour ).  C'est un jour de jeûne et de repentance fixé par Dieu lui même.
«Lév 23 : 27 – 32 Et l’Éternel parla à Moïse en disant : Le dix de ce septième mois est le jour des Expiations ; vous aurez une sainte convocation, vous vous mortifierez et vous offrirez à l’Éternel des sacrifices faits par le feu. Vous ne ferez aucune œuvre ce jour-là, car c'est un jour d'expiation destiné à faire propitiation pour vous devant l’Éternel votre Dieu. Car toute personne qui ne se mortifiera pas ce jour-là sera retranchée du milieu de son peuple. Et toute personne qui fera quelque œuvre servile en ce jour-là, je ferai périr cette personne au milieu de son peuple. Vous ne ferez aucun travail. C'est une ordonnance perpétuelle pour vos descendants, dans tous les lieux où vous demeurerez. Ce sera pour vous un repos, un repos absolu, et vous vous mortifierez. Le neuf du mois, au soir, d'un soir jusqu'à l'autre, vous observerez votre repos ».

Le dixième jour du septième mois, est le seul jour de l'année, où le souverain sacrificateur entrait dans le lieu très saint afin de  plaider pour les péchés de toute la nation.
« Héb 9: 6 – 15 Or, ces choses étant ainsi disposées, les sacrificateurs qui font le service entrent en tout temps dans la première partie du tabernacle;  et dans la seconde le souverain sacrificateur seul entre une fois par an, non sans y porter du sang qu'il offre pour lui-même et pour les péchés du peuple. 
Le Saint Esprit montrait par là que le chemin du lieu très saint n'était pas encore ouvert, tant que le premier tabernacle subsistait. C'est une figure pour le temps actuel, où l'on présente des offrandes et des sacrifices qui ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte, et qui, avec les aliments, les boissons et les divers ablutions, étaient des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu'à une époque de réformation.  
Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n'est pas construit de main d'homme, c'est-à-dire, qui n'est pas de cette création; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.  Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d'une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair,  combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des oeuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant!
  Et c'est pour cela qu'il est le médiateur d'une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l'héritage éternel qui leur a été promis.
Apo 21/3 Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.

ETERNEL, JE PLAIDE DEVANT TA FACE POUR MON PAYS LA COTE D'IVOIRE

Éternel, je me présente devant ta face  comme Daniel le fît en son temps pour sa nation, à la fin  des  soixante dix années de captivité. Éternel, en ce dixième jour du septième mois,  je plaide pour la Côte d'Ivoire, en t’adressant la prière prophétique de Daniel .

Prière de Daniel (Daniel 9 : 1 - 19)
La première année de Darius, fils de Xerxès, de la dynastie mède, qui était devenu roi du royaume des Chaldéens, la première année de son règne, moi, Daniel, je compris par les livres le nombre d'années qui devait s'accomplir sur les ruines de Jérusalem, d'après la parole du SEIGNEUR qui était parvenue à Jérémie, le prophète : soixante-dix ans. 
Je me tournai vers le Seigneur Dieu, en quête de prières et de supplications, par le jeûne, le sac et la cendre. Je priai le SEIGNEUR, mon Dieu, et je lui fis cette confession : 
S'il te plaît, Seigneur, Dieu grand et redoutable, toi qui gardes l'alliance et la fidélité envers ceux qui t'aiment et qui observent tes commandements ! 
Nous avons péché, nous avons commis des fautes, nous avons agi en méchants et en rebelles, nous nous sommes détournés de tes commandements et de tes règles.
 Nous n'avons pas écouté tes serviteurs, les prophètes, qui ont parlé en ton nom à nos rois, à nos princes, à nos pères et à tout le peuple du pays.
 A toi, Seigneur, la justice, et à nous la honte — voilà pourquoi il en est ainsi en ce jour — oui, aux hommes de Juda, aux habitants de Jérusalem et à tout Israël, à ceux qui sont proches comme à ceux qui sont loin, dans tous les pays où tu les as chassés à cause des sacrilèges qu'ils ont commis envers toi. 

SEIGNEUR, à nous la honte, à nos rois, à nos princes et à nos pères, parce que nous avons péché contre toi. Au Seigneur, notre Dieu, la compassion et le pardon, car nous avons été rebelles envers lui. 
Nous n'avons pas écouté le SEIGNEUR, notre Dieu, pour suivre ses lois qu'il avait mises devant nous par l'intermédiaire de ses serviteurs, les prophètes. 
Tout Israël a passé outre à ta loi et s'est écarté, sans t'écouter.
 Alors se sont répandues sur nous les malédictions liées aux serments qui sont écrits dans la loi de Moïse, serviteur de Dieu, parce que nous avons péché contre Dieu.
 Il a réalisé la parole qu'il avait prononcée contre nous et contre les chefs qui nous ont gouvernés, en faisant venir sur nous un malheur si grand qu'il n'en est jamais arrivé sous le ciel entier de semblable à celui qui est arrivé à Jérusalem. Comme cela est écrit dans la loi de Moïse, tout ce malheur est venu sur nous ; et nous n'avons pas cherché à apaiser le SEIGNEUR, notre Dieu, nous ne sommes pas revenus de nos fautes, nous n'avons pas discerné ta vérité.

 Le SEIGNEUR a veillé sur ce malheur, et il l'a fait venir sur nous ; car le SEIGNEUR, notre Dieu, est juste dans toutes les œuvres qu'il a faites, et nous ne l'avons pas écouté. Et maintenant, Seigneur, notre Dieu, toi qui as fait sortir ton peuple d’Égypte d'une main forte et qui t'es fait un nom — voilà pourquoi il en est ainsi en ce jour — nous avons péché, nous avons agi en méchants.
 Seigneur, s'il te plaît, selon tout ce que tu fais pour la justice, que ta colère et ta fureur se détournent de ta ville, Jérusalem, ta montagne sacrée ; car, à cause de nos péchés et des fautes de nos pères, Jérusalem et ton peuple sont exposés aux outrages de tous ceux qui nous entourent.
 Maintenant donc, notre Dieu, entends ma prière et mes supplications, à moi, ton serviteur ! Pour le Seigneur, fais briller ta face sur ton sanctuaire dévasté ! Mon Dieu, tends l'oreille et entends ! Ouvre les yeux et vois nos lieux dévastés et la ville sur laquelle ton nom est invoqué ! Car ce n'est pas à cause de ce que nous avons fait pour la justice que nous te présentons nos supplications, c'est à cause de ta grande compassion. 
Seigneur, entends ! Seigneur, pardonne ! Seigneur, sois attentif ! Agis, ne tarde pas, pour toi-même, mon Dieu ! Car ton nom est invoqué sur ta ville et sur ton peuple.                                           

 Réponse de Dieu à Daniel : La prophétie des soixante-dix semaines (Dan 9 : 20 - 27)
Je parlais encore, je priais, je confessais mon péché et le péché d'Israël, mon peuple, et je présentais ma supplication au SEIGNEUR, mon Dieu, en faveur de la montagne sacrée de mon Dieu ; je parlais encore, en prière, quand Gabriel, l'homme que j'avais vu précédemment dans la vision, s'approcha de moi d'un vol rapide, à l'heure de l'offrande du soir. 
Il m'instruisit en me disant : Daniel, je suis sorti, maintenant, pour te communiquer l'intelligence. Au commencement de tes supplications, une parole a été émise, et je suis venu te l'annoncer ; car tu es un bien-aimé. Saisis la parole et comprends la vision. Soixante-dix semaines ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville sacrée : 
Pour faire cesser la transgression et mettre fin aux péchés,
Pour faire l'expiation de la faute et amener la justice pour toujours,
Pour sceller vision et prophète
Pour conférer l'onction à un « très-sacré ».

Sache-le donc et comprends ! Depuis qu'a été émise la parole disant de rétablir, de rebâtir Jérusalem, jusqu'à un chef ayant reçu l'onction, il y a sept semaines ; Pendant soixante-deux semaines, places et fossés seront rétablis, rebâtis, mais en des temps d'angoisse. Après les soixante-deux semaines, un homme ayant reçu l'onction sera retranché, et il n'aura personne pour lui. Le peuple d'un chef qui vient détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin arrivera dans un déferlement ; jusqu'à la fin de la guerre des dévastations sont décidées. Il fera avec la multitude une solide alliance d'une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l'offrande ; sur l'aile des horreurs, il y aura un dévastateur, jusqu'à ce que la destruction décidée fonde sur le dévastateur.

Côte d'Ivoire, que l'Eternel te bénisse 

Côte d'Ivoire, que le Seigneur te bénisse et te garde !
Côte d'Ivoire, que le Seigneur fasse briller sa face sur toi et t'accorde sa grâce !
Côte d'Ivoire, que le Seigneur lève sa face vers toi et te donne la paix !
Côte d'Ivoire, que le nom de L'Eternel repose sur toi et qu'il te bénisse.  Nbre 6/22 - 27

KOUASSI K.

Notes :
 Le schofar (= trompette, corne, corne de bélier )
.Nombre 10/1-10..Et l’Éternel parla à Moïse, disant : Fais-toi deux trompettes ; tu les feras d’argent battu ; et elles te serviront pour la convocation de l’assemblée, et pour le départ des camps... Et quand, dans votre pays, vous irez à la guerre contre l’ennemi qui vous presse, alors vous sonnerez des trompettes avec éclat, et vous serez rappelés un mémoire devant l’Éternel, votre Dieu, et vous serez délivrés de vos ennemis. Aux jours de fête, le premier jour de chaque mois ou à l'occasion d'autres solennités, vous sonnerez de la trompette au moment où vous offrez les sacrifices complets et les sacrifices de communion ; grâce à cela aussi, je me souviendrai de vous. Je suis le Seigneur votre Dieu.
La corne est synonyme de force, puissance : 1 S 2:10, Ps 89:18,25 ,  de royaume ou de rois (Dan 7:8,11,21; Zach 2:1,2, Apoc 17:12,16.) de la force agressive des  puissances politiques en Ps 132:17, Jér.48:25

Les offices de Roch Hachanah et de Yom Kipour atteignent leur apogée lors de la sonnerie de la corne de bélier, du Shofar Le Shofar exprime aussi  le cri du coeur,  " le son du silence"..Le Shofar est extrêmement limité. Il n'émet qu'une seule note, l'unique variation possible  réside dans la durée - longue ou courte - de la note. Il a quatre types de sons distincts :
* Tekia : son long.
* Shevarim : son court (3 téroua valent une tékia).
* Téroua : 9 sons saccadés.
* Tékia guédola : son majeur, long et continu.
Chacun de ses   sons a une signification particulière et  représentait ainsi de façon simple  la communication de la pensée de Dieu . Chaque mouvement dans le camp devait être la conséquence du son du schofar . Départ ou fête  se faisaient au moyen d’un certain son du schofar. Que ce soit pour convoquer   l’assemblée solennelle ou le départ des tribus  guerrières,  tout était réglé par le shofar.  ( Nbre 10) Il a été utilisé notamment  contre les murailles de Jéricho lors de la conquête du pays de Canaan par Josué..
" TEKIAH GEDOLAH", la note de l'espoir !  la cérémonie de la sonnerie du Shofar de Roch Hachanah et le dernier office de Yom Kipour, Neïlah,se termine  par "Tekiah Gedolah",  qui annonce le plus grand de tous les triomphes, la plus somptueuse de toutes les gloires !... Délivrance, sauvetage, retour, renouveau, voici l'apogée et le salut: l'arrivée du Messie, le Mashiah !" (Rab Z. Posner)

  (2)ANA BECOAJ- Chant hébraïque de Yom Kippour  écrit au cours du premier siècle, selon les soixante-dix noms de Dieu
 De grâce, par le pouvoir de Ta droite, délie les liens
Accepte les chants de prières de Ton peuple,
 Elève-nous, purifie-nous, ô Tout Puissant
De grâce, héro, garde Tes adorateurs sans pareils avec amour :
Bénis-les, purifie-les de Tes justes bontés, récompense toujours :
Immune, fier, gouverne Ton peuple avec bonne volonté :
Unique, fier, adresse-Toi à Ton peuple qui se souvient de Ta Sainteté :
Accepte notre plainte, et entends notre cri, Toi qui connais les destins :
Béni soit l'honneur de Son Royaume à jamais.
Deborah