03 avril 2012

La nappe des Noces est préparée



 La nappe des Noces est préparée
 ma Bien-Aimée
 Je t'attends..Je t'attends..


Le 2 avril 2012
soit le 10eme jour du 1er mois biblique. (début des préparatifs de la fête de Pâques)

Vers 3h du matin,  j’ai vu soudain  stupéfaite, une nappe immense qui n’en finissait pas, se déployer vers moi.  Elle flottait brillante dans la nuit  et descendait doucement guidée par un souffle vers le globe de la  terre.  Couverte de broderies magnifiques, de perles, d’arbres,  de fleurs,  de chants d’oiseaux,  de ruisseaux, d'une beauté sans pareille, elle m'attirait vers elle ..
Puis prés de moi,  j’ai vu le Brodeur comme en image rétrospective, la nappe sur ses genoux :  lorsqu’Il brodait  une larme coulait parfois de ses yeux , devenant une perle, ou un point de broderie en tombant  sur la nappe. Chaque larme était le prix de la souffrance qu’il avait payé pour une de  nos vies, mais elle représentait  aussi, les souffrances que nous recevions en partage en le suivant et en payant le prix. Chaque vie sous mes yeux devenait ainsi un point de broderie .Et la nappe finie se déploya à nouveau comme vivante ..
Et j’entendis une voix douce mais résonnant  tout autour de la terre
 "La nappe des Noces est préparée !  Ma bien aimée, Je t’attends Je t’attends"

Ma bien-aimée, Je t’attends, Je t’attends
Je te prépare depuis si longtemps
Mais pendant tout ce temps
Tu oublies si souvent
 De regarder vers moi
 Le cœur encore trop rempli
 De ce monde, de peurs, de soucis

Ma bien aimée, Je t'attends
Tu oublies si souvent
Que je t’ai couverte de mon sang.
Habituée au fracas du monde
Tu n’entends plus ma voix
Quand j’essaye de t’attirer à moi
Tu n’es plus sûre, tu hésites à chaque pas..
Tu préfères ainsi  les ténèbres
A mon admirable lumière
Ma bien aimée, J'ai parlé 
Tu oublies parfois
Que je sais tout  de toi
Que tu n’es rien sans moi.
Aux fenêtres  de mon ciel
J’aime te regarder vivre
Je soupire après toi 
Les yeux  posés sur toi
Je sais quand tu me fuis
Quand tu caches sans l’avouer
Au  fond de ton cœur
La moindre de tes pensées

Ma bien-aimée, ne sais-tu pas
Combien je prends plaisir en toi ?
Quand tu pries, je prie avec toi
Quand tu chantes, je chante
Quand tu marches, je marche prés de toi
Quand tu pleures, je pleure avec toi
Quand tu tombes, je souffre avec toi
Ma bien aimée ne sais-tu pas ?
Tu es ma prunelle
Tes larmes sont  mes larmes
Tu es mes lèvres
Ton rire devient mon rire
Tu es mon bras
Tes combats sont mes combats
Je t’ai attaché autour de moi

Ma bien aimée, rappelle-toi
Mon Amour pour toi est fait
De douleurs et d' épines
De peines et de rejets
De clous, de grumeaux de sang 
De silence parfois
Mon cœur est broyé
Quand je pense à toi
Tu te crois si loin de moi..

Ma bien aimée,  crois tu vraiment
A cet Amour si fort, si puissant ?
Plus grand que l’Eternité
Pourquoi ne crois-tu pas
Que je puisse t’aimer autant que cela?
Toi en moi et moi en toi 
Dans le coeur du Père
Ma bien aimée, ma Parole a parlé  
Je tiens les colonnes de l’Univers
Et je ne te tiendrai pas ?
Je suis Ton ancre, ton Port, dans le combat
Ma bien-aimée, si tu ne crois pas
Pleinement cet Amour là
Un jour la porte se fermera

Je suis ton Amour Eternel
L’Amour parfait, ton Prince de paix
Chaque jour  prés de toi.
Tu es mienne et je t’attends
Pourtant tu dors ou tu rêves
A d’autres lumières 
 Les yeux pleins de chimères
Ma bien-aimée, Viens, Je t'attends  
Il n’est plus temps de flâner
Tu ne pourras rien emporter
Des chemins de la terre
Je suis ton Tout, regarde- moi
Reviens à moi telle que tu es
J’ai dessiné  avec ma vie
Un  chemin pur et saint dans le ciel
J’ai imprimé mes pas
Tu ne te perdras pas

Ma bien-aimée, ne vois-tu pas
Le cours  du temps
Filer  entre tes doigts
Ma bien aimée, Viens, Je t’attends
Le  temps va plus vite qu’avant 
Ma bien aimée, ma Parole a parlé  
Ne perds plus ton  temps
A écouter le serpent
Viens te reposer sur moi ,
Tu ne tiendras pas contre lui sans moi

Ma bien-aimée, tu me dis souvent
Que tu te sens seule, que tu m’attends
Tu as tant besoin de moi ..
 J’ai moi aussi besoin de toi 
Je pleure souvent le cœur broyé
A  préparer ta robe et tes colliers
A te voir souffrir loin de moi
Ma bien-aimée ton exil est fini
Je suis ton merveilleux  pays
Mais connais-tu vraiment
Ma longueur ma largeur
Ma hauteur ma profondeur
Qui s’étendent à l’infini ?
Ma belle, ma bien-aimée
A qui je veux donner 
Au delà de ses pensées

Ma bien- aimée j'ai parlé 
Mes bras sont ouverts 
Viens boire à mes lèvres
Le torrent des délices 
Tu es ma terre, tu es mienne
Entre dans mon jardin  
A l’ombre du pommier
Je te donne la manne cachée 
J'ouvre les sceaux des secrets
Je suis ton arbre de Vie
Ton vent ta voile et ta Foi 
Ma bien aimée, je te chéris
Viens enfin te reposer EN  moi
Je suis là, tous les jours prés de toi

Ma bien-aimée, j’ai pour toi
Des transports  d’allégresse
Je t’attends, je t’attends
Ton cœur tressaillira, bondira
De toute cette joie 
Jour de la joie de mon cœur
Jour de la joie de ton cœur
Ou tu seras consolée
Quand le voile se lèvera
Tu resteras  émerveillée
Éblouie de tout ce bonheur
Déversé dans ton cœur

Ma colombe, si tu savais
Tout le ciel t’attend avec moi
Tout le ciel, suspendu au son de Sa Voix 
Quand sur l’ordre de mon Père
Je reviendrai vers toi
Mon amour si fort si  puissant
T’attirera dans mes bras
Et rien ne te retiendra 
Avec des chants de triomphe
Mes armées dans le ciel 
Avec des chants de triomphe
Célèbrerons ce jour parfait

Tu es mon combat, ma passion
Réunis pour toujours
J’étendrai sur ta terre en ce jour
Toute Ma tendresse, ma Bannière
Mon Manteau rouge de gloire
Vêtue de ta robe de lumière
Je te prendrai par la main 
Mon Lys de Saron
Si petite à mes côtés, 
Pour te faire découvrir 
Les murailles de la Ville de cristal
Tu entendras  des paroles  ineffables
Des mots d’amour du grand Roi
Je t’ai préparé des jardins  parfumés
Avec les anges nous chanterons
Avec les arbres nous danserons
A jamais tu seras
Ma victoire et ma Joie
Et tu régneras prés de moi

Ma bien aimée,  je t’attends
Viens fleurir égayer mon cœur
Vois tu je serai moi aussi consolé
De mes peines à t’appeler te chercher
Ma bien aimée, Je t’attends je t’attends
J’attends tellement
Que tu te donnes à moi
Comme je me suis donné à toi 

Mon Eglise ma Parole a parlé,
Mon Eglise le sais-tu ?
Un jour je n’attendrai plus
Tu ne crois pas
Pleinement en cet Amour
Toi en moi et moi en toi 
Dans le coeur du Père 
Mon Eglise, le sais-tu ?
Un jour je n’attendrai plus
La porte se fermera
Et tu resteras loin de moi 

Ma bien aimée   Je t'attends...

 Déborah