01 juillet 2011

Que le ciel s'ouvre ! Mois de Tamuz..

                                                  
                                                                        
QUE LE CIEL S'OUVRE !
QUE NOUS VOYIONS LA GLOIRE DE NOTRE DIEU !

Sonnez de la trompette à la nouvelle lune et à la pleine lune  Ps 81/4

Cette nouvelle lune du 3 juillet 2011 marque le premier jour du quatrième mois (Tamouz) de l'année biblique. La bible nous parle de deux évènements majeurs qui ont lieu au quatrième mois.

Premier évènement : La chute de Jérusalem
 
Après 18 mois de siège, l'armée de Babylone entra dans Jérusalem le neuvième jour du quatrième mois. Jérémie 39/1 à 9 ---La onzième année de Sédécias, au quatrième mois, le neuf du mois, la ville de Jérusalem était forcée,  tous les chefs du roi de Babylone entrèrent et se postèrent à la porte du milieu... Et lorsque Sédécias, roi de Juda, avec tous les hommes de guerre, les eut vus, ils s'enfuirent... L'armée des Chaldéens les poursuivit, et ils atteignirent Sédécias dans la plaine de Jéricho ; ils le prirent et l'amenèrent vers Nébucadnetsar, roi de Babylone, à Ribla, au pays de Hamath, et il lui prononça sa sentence.  Le roi de Babylone égorgea à Ribla les fils de Sédécias sous ses yeux ; le roi de Babylone égorgea aussi tous les notables de Juda ; Et il creva les yeux à Sédécias et le lia de doubles chaînes d'airain pour l'amener à Babylone.Puis les Chaldéens brûlèrent les maisons royales et les maisons du peuple et démolirent les murailles de Jérusalem.

Deuxième évènement : Ézéchiel a vu la gloire de Dieu !

Ézéchiel 1: 1 & 28  Le cinquième jour du quatrième mois de ma trentième année, je me trouvai parmi les déportés sur les rives du Kébar ; je vis le ciel s'ouvrir et Dieu m'envoya des visions...La lumière environnante ressemblait à celle de l'arc-en-ciel qui resplendit en un jour de pluie. C'était le reflet de la glorieuse présence du Seigneur. A cette vue, je tombai la face contre terre. Alors j'entendis quelqu'un me parler. 

NB: Cette date du 5è jour du 4è mois correspond cette année au jeudi 7 juillet 2011

Voyons comment la gloire de Dieu fut révélée au prophète Ézéchiel il y a environ 2600 ans.

Ézéchiel 1: 1 – 28 1Le cinquième jour du quatrième mois de ma trentième année, je me trouvai parmi les déportés sur les rives du Kébar ; je vis le ciel s'ouvrir et Dieu m'envoya des visions. C'était la cinquième année depuis que le roi Joakin avait été déporté. 3C'est ainsi que, dans le pays des Babyloniens, sur les rives du Kébar, le Seigneur m'adressa sa parole, à moi, Ézéchiel, fils du prêtre Bouzi ; là, la puissance du Seigneur me saisit.
Voici ce que je vis : une rafale de vent arrivait du nord, amenant un gros nuage d'où jaillissaient des flammes. Le nuage était entouré de clarté. Son centre embrasé scintillait comme un métal brillant. On y distinguait les formes de quatre êtres vivants qui présentaient une apparence humaine. Chacun d'eux avait quatre visages et quatre ailes. Leurs jambes étaient droites ; leurs pieds ressemblaient aux sabots d'un veau et brillaient comme du bronze poli. Sous chacune de leurs quatre ailes, il y avait une main d'homme. Ces mains étaient tournées dans les quatre directions comme leurs visages et leurs ailes. Les extrémités de leurs ailes se touchaient l'une l'autre. Ils avançaient droit devant eux sans tourner leur corps. Leurs visages étaient comme des faces humaines, et chacun d'eux avait une face de lion à droite, une face de taureau à gauche et une face d'aigle. Deux de leurs ailes, déployées vers le haut, se rejoignaient entre elles, et deux leur couvraient le corps. Ils avançaient chacun droit devant soi. Ils allaient là où ils voulaient sans avoir à tourner leur corps. Entre les êtres vivants on apercevait comme des braises enflammées, on voyait bouger des sortes de torches. Le feu était éblouissant et des éclairs en jaillissaient. Les êtres vivants allaient et venaient à toute allure ; ils semblaient aussi rapides que la foudre.
En les observant, je vis à côté de chacun d'eux une roue qui touchait terre. Les roues offraient l'aspect scintillant d'une pierre précieuse. Elles étaient toutes semblables et paraissaient construites de telle manière qu'elles s'imbriquaient les unes dans les autres. Elles pouvaient se déplacer dans les quatre directions sans avoir à pivoter. Elles étaient d'une hauteur effrayante et couvertes de reflets brillants sur tout leur pourtour. Lorsque les êtres vivants avançaient, les roues avançaient à côté d'eux, et lorsqu'ils s'élevaient de terre, elles s'élevaient également. ils allaient là où ils voulaient et les roues se déplaçaient en même temps qu'eux, car la volonté des êtres vivants animait les roues. Ainsi, chaque fois qu'ils avançaient, qu'ils s'arrêtaient ou qu'ils s'élevaient de terre, les roues faisaient le même mouvement en même temps, puisqu'elles étaient animées par la volonté des êtres.
Une sorte de voûte s'étendait au-dessus des têtes des êtres vivants, aussi resplendissante de clarté que le cristal.Sous cette voûte, chacun des êtres avait deux ailes tendues bien droit l'une vers l'autre, tandis que les deux autres lui couvraient le corps. J'entendis le bruit que faisaient leurs ailes quand ils se déplaçaient. C'était un bruit pareil au grondement de la mer, au roulement du tonnerre ou au tumulte d'une immense armée. Quand ils s'arrêtaient, ils repliaient leurs ailes. Au-dessus de la voûte qui dominait leurs têtes, il y avait aussi du bruit et l'on y distinguait comme une pierre de saphir qui avait les contours d'un trône. Sur cette sorte de trône, tout en haut, se tenait une forme qui avait une apparence humaine. Je vis que cette forme scintillait comme du métal brillant et qu'elle paraissait entourée de feu. Au-dessus et au-dessous de ce qui semblait être sa taille, je voyais comme du feu l'inondant de clarté.La lumière environnante ressemblait à celle de l'arc-en-ciel qui resplendit en un jour de pluie. C'était le reflet de la glorieuse présence du Seigneur. A cette vue, je tombai la face contre terre. Alors j'entendis quelqu'un me parler. 

Pour cette veillée, prions pour que le ciel s'ouvre sur nous afin que nous voyions la gloire de Dieu. 

Pendant que je méditais cette vision d'Ézéchiel, il me vint à l'esprit cette parole de Jésus à Marie avant la résurrection de Lazare:  Jésus lui dit: Ne t'ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu? Jean 11/40
La plus part d'entre nous qui participons à ces veillées, nous prions en général pour les 3 sujets suivants :
La restauration d'Israël et donc de Jérusalem et cela conformément aux prophéties bibliques
La restauration de l'église et sa greffe avec Israël l'olivier franc, là encore conformément aux prophéties bibliques
La restauration de la Côte d'Ivoire et de l'Afrique, là aussi conformément à des prophéties crédibles dont certaines se sont accomplies et d'autres en cours d'accomplissement.
Dans ces trois domaines donc, nous avons prié selon la volonté de Dieu, nous avons cru en la parole de Dieu, nous sommes persévérants dans la prière jour et nuit sans relâche. !
Alors comme nous avons cru, que le ciel s'ouvre et que nous voyons la gloire de Dieu se lever sur Israël, sur l'Église et sur la Côte d'Ivoire.

Que le ciel s'ouvre sur Israël et que la gloire se manifeste pour faire échec au projet des nations qui œuvrent en ce moment à la division de Jérusalem en demandant à Israël de revenir aux frontières d'avant la guerre de 1967.
Que le ciel s'ouvre et que l'église voit la gloire de son Dieu, et que cette gloire viennent fortifier et réveiller l'épouse qui est totalement endormie et qui n'a plus d'huile pour aller à la rencontre de l'époux !
Que le ciel s'ouvre sur la Côte d'Ivoire et sur l'Afrique, et que la gloire de Dieu se lève sur cette nation et sur ce contient en vu de leur restauration comme il l'a promis.

              Ne t'ai-je pas dit que...si tu crois, tu verras la gloire de Dieu?

Deborah & G.K