28 mai 2011

Pour les coeurs brisés

                        Toi qui cherches Dieu, que ton coeur vive! Ps 69/33

C'est Lui qui rend la force de Vivre. 
 Il l'a trouvé dans une contrée déserte, dans une solitude aux effroyables hurlements; Il l'a entouré, il en a pris soin, Il l'a gardé comme la prunelle de son oeil. Pareil à l'aigle qui éveille sa couvée, voltige sur ses petits, déploie ses ailes, les prend, les porte sur ses plumes,  l'Éternel seul a conduit son peuple. Deut 32/10
                                            

Es-tu  Isolée, solitaire?  
Tel un arbre en hiver
Quand un manteau de glace
S’abattant sur la terre
Le gèle jusqu’au cœur
Le privant de ses fruits …
Je le sais  

Es-tu découragée?
La neige a tout envahie…
C’est le silence
Pas une âme, Pas un bruit.
Es tu paralysée ?
Tel un manteau de neige
L’hiver est passé
Lentement
Sur ta vie, sur tes rêves
Il t’a enveloppé

Je le sais
Satan t’a réclamé

Vallée des larmes
Que tu as traversé                                       
Marchant seule, anesthésiée
Contre vents et marées
Vallée du désespoir
Ou tu survis
Nul être pour écouter
La vie s'est arrêtée

Je le sais 
Satan t'a réclamé 
 
Épuisée à force de gémir
La neige a tout étouffé
Tu ne peux plus crier
Éternel , le vase est brisé ...
Sur ton lit baigné de larmes
De chagrins De mensonges
Qui ont gelés ton âme
Le cœur ne bat plus ..
Il a oublié...
L'horloge s'est arrêtée.

Et toutes ces questions
Jusqu’à quand Seigneur ?
Ou est ma foi ?
Jusqu’à quand ce combat ?
Où est le mensonge
Où est la vérité ?

Je le sais  
Satan t'a réclamé

Le jour s’est enfui
Sur ma couche je t’ai tellement cherché
La nuit, le jour Je t’ai cherché …
J’ai cherché celui que mon cœur aime
Je ne l’ai point trouvé
Les gardes, qui font la ronde
Les gardes. Ils m’ont blessé

Sur ta couche tu as tellement cherché
Je le sais 
Ma fille ma bien aimée
Interroge ton cœur
Tu connais la Vérité.
Jour après jour
Satan te réclamait 

Ma fille Tu ne voyais plus
Que lorsque tu pleurais
Il riait Il se moquait
Il a construit un mur
Autour de ton âme
Désappointée
Et le cœur lassé
Tu t’es laissée enfermer
Je le sais

Pierre après pierre,
Au mur, Les hommes
Ont rajouté des barbelés.
Emprisonnée loin d'eux
Tu t'es cru  parfois
Déportée loin de moi,
Mais je ne rejette pas
Celui qui vient à moi 

Ma fille ma bien aimée
Interroge ton cœur
Je t’ai donné les clefs.
Jour après jour,
Mon cœur te cherchait
Ma fille ma bien aimée
Ton cœur connaît la vérité
J’ai porté toutes tes peines 
Tous les chemins
Que tu as traversés
Je les connais 

Ma fille ma bien aimée
Lève-toi!
Donne-moi tout à nouveau
Ton cœur tes fardeaux
Crois en Dieu crois en moi
Je suis ton Dieu
Je ne change pas

Le Seigneur dit: Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le blé. Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères. Luc 22.31/32

Deborah