14 mai 2011

Le chretien et son pays


 "Ainsi parle  l’Éternel à son oint, à Cyrus, qu'il tient par la main pour terrasser les nations devant lui, et pour relâcher la ceinture des rois, pour lui ouvrir les portes, afin qu'elles ne soient plus fermées: je marcherai devant toi, j'aplanirai les chemins montueux, je romprai les portes d'airain, et je briserai les verrous de fer" Esaie 45/1-2
Nous oublions souvent qu' Esaie proclama cette parole sur Cyrus, 150 ans avant son règne et que Dieu appelle ce roi païen " son oint" ! Comme pour Cyrus, Joseph et Daniel, une fonction d'autorité publique peut être un appel de Dieu pour servir à ses desseins 
Déborah


RESPONSABILITES DES CHRETIENS DANS LEUR PAYS



"Vous êtes la lumière du monde"
Le chrétien, à l’instar de tout croyant, sait que Dieu est à l’œuvre dans la création. Je ne sais pas si tous les croyants adhèrent comme moi à la pensée que notre créateur nous a donné le libre arbitre pour agir en choisissant entre le bien et le mal. Naturellement cette assertion induit l’idée qu’au terme de notre vie, le Seigneur l’Eternel se réserve le droit de nous juger en fonction de nos choix qui ont orienté nos vies et probablement influencé celle d’autrui.
C’est donc sous son regard de juge infaillible que nous agissons à chaque instant de notre vie. Je ne crois pas me tromper en affirmant que tout chrétien né de nouveau est conscient de cette présence permanente de Dieu dans sa vie.  Pour certains cela suscite la crainte de Dieu dont la Bible déclare dans le Psaume 111 v 10 qu’elle « est le commencement de la sagesse ». Pour d’autres cette réalité est le signe de  l’amour de Dieu omniprésent et cherchant à « opérer en nous le vouloir et le faire selon son dessein bienveillant. » Phil 2 v 13.

Dans cette optique la question essentielle pour tout chrétien consisterait à savoir si au cours de la vie qu’il mène, il laisse à l’Esprit de Dieu toute la latitude de le contrôler et de le faire agir conformément à la volonté du Seigneur Jésus-Christ, le vrai propriétaire des vies, particulièrement pour ceux qui l’ont confessé comme leur Seigneur et Sauveur. Se laisser conduire par Dieu est plus facile à dire qu’à faire. Ce chalenge suppose une bonne dose d’humilité et de discernement. Deux qualités qui ne sont possibles que quand l’amour de Dieu prend progressivement la place de l’amour du monde et ses nombreuses distractions et de l’amour de soi source d’égoïsme et d’orgueil. Mais l’humilité et le discernement ne suffisent pas pour se  laisser conduire par Dieu. En effet qui me dirait que Jonas qui avait assez de discernement pour entendre clairement Dieu l’envoyer à Ninive manquait d’humilité parce qu’il s’est dirigé vers Tarsis, à l’opposé de la direction que lui indiquait le Seigneur. C’est qu’en plus du discernement qui permet de distinguer la voix de Dieu de celle du diable et même de celle de notre propre esprit, il importe d’être prêt à obéir au Seigneur de l’Univers. 

L’obéissance, voilà le maître mot de la relation entre le créateur et la créature. L’Eternel Dieu, s’attend à ce que toutes ses créatures se soumettent à lui par une obéissance sans faille puisqu’il les a toutes crée pour sa gloire. Dans la Bible Dieu commande aux corbeaux de nourrir Elie et ils obéissent. Dieu parle à la baleine à propos de Jonas et l’animal obéit. Jésus menace  la tempête et voilà que le vent et la mer obéissent. Il parle au figuier et sa parole s’accomplit. Ainsi donc, la nature, en l’occurrence, les animaux, les végétaux et les éléments atmosphériques et géographiques sont sous le contrôle parfait de Dieu. Qu’en est-il de l’homme ? 

Ce n’est pas le lieu de rappeler les actes désastreux de l’espèce ou du genre dont nous faisons partie. D’une part l’idolâtrie, la sorcellerie, l’immoralité, l’injustice et de l’autre la cruauté des guerres avec des armements de destruction massive, le terrorisme aveugle, des génocides, des désastres écologiques provoqués, des crimes contre l’humanité, des famines et pandémies organisées….la liste n’est pas exhaustive.
En dépit de la glorieuse mission du Seigneur Jésus-Christ, l’homme demeure la plus grande entrave au plan de Dieu dans la création. Certes le Seigneur l’Eternel aura le dernier mot parce qu’il est Dieu mais aujourd’hui, à la fin des temps, le verset le plus triste de la Bible est plus que jamais d’actualité. « L’Eternel regretta d’avoir fait l’homme sur la terre et son cœur fut affligé » Gen 6 v 6 Qui apaisera le cœur de l’Eternel ? Qui réjouira le cœur de notre Dieu ? « Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu » Ro 8 v 19. 

C’est de la responsabilité des chrétiens d’accomplir le plan de Dieu dans leur pays et par ricochet sur toute la terre ainsi que dans le monde. Personne ne viendra le faire à leur place. Si nous aimons le Seigneur Jésus-Christ nous ne devons reculer devant aucun sacrifice pour que son plan s’accomplisse dans  notre pays, sur notre continent et dans le monde. Voici les paroles par lesquelles il nous indique clairement que c’est seulement sur nous qu’il compte :
  « C’est vous qui êtes le sel de la terre ».   Mat 5 v 13
  « C’est vous qui êtes la lumière du monde ». Mat 5 v 14
Le camp de l’ennemi s’organise fébrilement et discrètement pour contrarier les desseins du Seigneur Jésus-Christ. Leur projet s’appelle l’Antéchrist. Des hommes mauvais  et les esprits du mal s’emploient à appliquer une stratégie satanique à l’échelle planétaire. N’est-ce pas l’avertissement que nous donne la version « Paroles vivantes » du Nouveau Testament dans Eph 6 v 12 : « Car ce n’est pas seulement de notre combat à nous qu’il s’agit. Nous n’avons pas à lutter uniquement contre notre nature terrestre, ni contre de simples ennemis mortels, mais contre les puissances occultes, contre une organisation spirituelle satanique, contre les dictateurs invisibles qui, dans les ténèbres, veulent contrôler et régir notre monde, contre la légion des esprits démoniaques dans les sphères surnaturelles, véritables agents du quartier général du mal. »

Puisque nous avons gagné, grâce au Saint Esprit, le combat de la sanctification et de la foi, il nous faut nous engager sans délai dans une bataille plus redoutable parce que subtile et dissimulée.
Face à cette immense conspiration satanique les chrétiens sont à la traîne. Le sel de la terre est en quête de saveur. La lumière du monde n’est pas éclairée sur le péril annoncé. En réalité l’Eglise est empêtrée dans une routine sclérosée. Incapable de sortir des sentiers battus, elle gère le quotidien dans une monotonie déconcertante. Qui lui a fait croire que la gestion des nations doit être l’apanage des païens?  Lisez Romains 13/1: Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures; car il n'y a point d'autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. Ro 13/4 Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains; car ce n'est pas en vain qu'il porte l'épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal. 
Moïse, Joseph, David, Néhémie, Daniel etc. servaient-ils le diable ? Je ne dis que l’Eglise ne fait que des choses inutiles, loin s’en faut. Mais je crois qu’elle est un peu dépassée par les évènements. Occupée à ses tâches séculaires (cultes, intercession, évangélisation, enseignement) elle n’a pas compris le mouvement du Seigneur qui lui demande de sortir des quatre murs du temple pour se transposer dans la société pour y impacter non seulement la terre c'est-à-dire la création mais aussi le monde c'est-à-dire le système abominable et artificiel  qui régit le quotidien des hommes. 

Dieu attend de ses enfants un engagement sans faille et sans réserve dans les multiples sphères de décisions qui régissent la gestion des nations. En d’autres termes, en plus des cultes et autres activités entre les quatre murs du temple ou de son domicile chaque chrétien aujourd’hui doit sortir non seulement pour évangéliser mais aussi pour prendre des responsabilités dans le domaine d’activité où Dieu l’a placé. Il peut s’agir des finances à distinguer de l’économie. Il peut s’agir de la politique, de la culture, du sport ou même du champ immense des activités sociales et humanitaires allant de la promotion de la justice à la lutte contre la pauvreté. Ainsi la Bonne Nouvelle qui doit être annoncée au monde entier se répandra plus rapidement parce qu’elle sera plus concrète et surtout plus  efficiente. N’est-ce pas ce qui est écrit dans Hébr 4 v12 : « Car la Parole de Dieu est vivante et efficace… »

Souvenez-vous que c’est la condition du retour de notre adorable Seigneur et Sauveur  Jésus-Christ. Quant un chef d’Etat visite une partie de son territoire, son administration s’emploie à préparer soigneusement sa venue en arrangeant et en embellissant ce qui peut l’être. Avant le retour du Grand Roi, ses disciples doivent investir le monde et l’impacter par leur lumière. Ils doivent restaurer la terre comme le sel agit pour empêcher la corruption des aliments. C’est la meilleure réponse à donner aux comploteurs du règne des ténèbres. Répandre la lumière de l’Evangile sur la terre c’est apporter une vie nouvelle sur notre planète. Car la Parole de Dieu n’est pas seulement un assemblage de versets, elle est aussi une puissance transformatrice que chaque porteur doit investir dans son pays, partout où il vit et où il va sur la terre. C’est avec sa Parole que Dieu a créé l’univers. Par conséquent c’est en appliquant cette Parole à chaque instant dans notre vie que nous démontrerons son efficacité et rallieront à la cause de notre Seigneur ceux qui verront ses effets bienfaisants.

La Parole a le pouvoir de réparer les effets pervers des œuvres du mal sur la terre. Elle le fait par le Saint Esprit et nécessairement à travers des hommes et des femmes disponibles. Des hommes et des femmes qui ne vivent pas seulement pour eux et pour leur petite famille mais des personnes qui ont pris conscience de la nécessité des sacrifices qu’il faut consentir  pour servir la cause de l’Eternel, notre Dieu. Si nous vivons dans la période actuelle, si proche de la fin des temps, c’est que Jésus-Christ nous destine à cette mission particulière de préparation de son retour. La prière seule ne suffira pas pour réussir cette tâche. Il faudra absolument s’engager et prendre la tête, comme il l’a prévu, de tous les domaines d’activités où Dieu nous appelle, afin que son règne vienne et que sa volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Le Roi ne peut revenir dans la pourriture et le désordre qui sévissent actuellement sur la terre, sans que le monde n’en souffre plus qu’il ne le faut. Car la perspective de son retour agite les esprits du mal qui contrôlent notre planète. N’avez-vous pas observé comment le monde est aujourd’hui ébranlé par des catastrophes de tout genre ? Tremblements de terre meurtriers, ouragans dévastateurs, inondations apocalyptiques, de fréquents accidents d’autos, d’avions, de trains, et de navires. 
Le diable profite de notre laxisme pour aggraver les fléaux annoncés par la Bible, comme signe de la fin des temps. Pour atténuer tant soit peu les effets pervers et les dégâts collatéraux de cette période d’épreuves inévitables, faisons en sorte que la Justice et l’Equité qui sont la base du  trône de Dieu gagne du terrain sur l’injustice et son cortège de misères.

Laissons le Saint Esprit exercer, à travers nous, dans le monde et sur la terre son rôle de consolateur. En le faisant nous accompliront les œuvres bonnes qu’il a préparé pour nous. Ne sommes nous pas appelés selon Apo 5 v 10 à régner sur la terre? Voici, le temps de l’accomplissement de cette parole est arrivé. 
Cette réalité recouvre tout un programme dont cette modeste contribution n’a fait qu’évoquer quelques grandes lignes. Dans les jours et les semaines à venir l’Eternel nous conduira en eaux profondes pour développer ce thème essentiel et passer à l’action pour son Règne et pour sa Gloire dans le nom de Jésus-Christ. 
Que la merveilleuse grâce de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ soit sur vous !
 SOUMAH Yady G.I.